Pour Suzuki, la saison est pliée. Joan Mir ne gardera pas son titre de Champion du Monde, Alex Rins restera loin des places d’honneur et la marque sera seulement parmi celles pas trop mal classés dans les championnats constructeurs et équipes. Un retour dans le rang tout de même décevant après la solide prestation de l’an passé. En arrivant pour le second Grand Prix à Misano, les hommes d’Hamamatsu n’ont donc plus rien à gagner, mais si ça se passait mal, ils auraient beaucoup à perdre…

Chez Suzuki, on doit maintenant avoir la tête à 2022, mais pour bien y réfléchir, il faut décemment finir 2021. C’est un enjeu dans une ambiance générale où l’on a pu déceler certaines tensions sur le niveau de l’évolution technique de la GSX-RR, jugée insuffisante et notamment par Joan Mir. Par ailleurs, il y a aussi une réflexion en cours sur finalement l’embauche d’un team manager, ce qui donne à penser que la dilution des missions inhérentes à cette responsabilité au sein de l’organigramme en place n’a pas été un succès. On parle même d’un retour de Davide Brivio.

Mais avant d’en arriver là, il faut faire Misano-2… « C’est étrange de rouler à nouveau sur un circuit que nous avons affronté il y a seulement un mois et demi, mais je dois admettre que cela ne me dérange pas de courir à nouveau à Misano » dit Joan Mir qui avait terminé seulement sixième lors de la dernière visite sur ce tracé mi-septembre. « L’année dernière, j’ai obtenu deux podiums sur cette piste et j’espère également reproduire ce résultat dans ce championnat. Je pense que l’ambiance va être incroyable. Nous pouvons bien faire et j’ai hâte de commencer à travailler sur la moto lors des essais libres prévus vendredi matin ».

Joan Mir

Suzuki n’a toujours rien gagné cette année

De son côté, Alex Rins, protagoniste d’une saison MotoGP décevante jusqu’à présent, tentera d’obtenir le maximum possible de cette nouvelle représentation sur les bords de l’Adriatique : « après la course au Texas, nous avons fait une petite pause et c’était agréable de recharger les batteries pour la dernière partie de la saison » dit l’Espagnol. « La dernière fois que j’ai couru ici, je n’ai pas pu terminer la course et j’ai hâte de transformer ce mauvais souvenir en quelque chose de positif. Misano a toujours une atmosphère fantastique et j’ai hâte d’être vendredi pour commencer à travailler sur la piste ».

Au moins les deux pilotes Suzuki sont d’accord sur un élément : il devrait y avoir une bonne ambiance à Misano, qui honorera notamment la dernière apparition du grand héros local : Valentino Rossi.

Alex Rins



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar