Romano Fenati a réagi sur le fait divers dont il est l’objet. Une altercation avec la police sur fond de refus d’obtempérer. Une affaire qui tombe mal alors que la moto s’apprête à l’accueillir à nouveau pour une saison 2019 de Moto3 au sein d’une équipe Snipers qui l’avait licencié après les faits de Misano. Mais l’Italien se défend. Il explique ce qui l’a amené à faire un excès de vitesse qu’il reconnaît. Et se pose en victime d’un policier zélé…

Pendant que les pilotes affrontaient l’averse à valence, Romano Fenati, lui, faisait face à une tempête. La faute à un contrôle routier qui a mal tourné… Il explique : “évidemment, maintenant, quoi que je fasse, je dois faire très attention. Je le sais. Cela fait trop longtemps que je suis dans l’œil du cyclone pour ne pas être considéré comme une opportunité de communication pour quiconque. Je devrais donc essayer d’être pratiquement invisible, sans jamais prêter attention à qui que ce soit. Cela semble presque facile, non ?

Vendredi, ils m’ont appelé de l’hôpital d’Ancône, où mon grand-père est sur le point de mourir. Mon grand-père est l’une des personnes les plus importantes de ma vie. Ils l’ont opéré du cœur : une opération délicate et compliquée. Après la chirurgie, les complications ont pris le dessus et ils m’ont appelé pour une urgence.

Sur la route, la police m’a arrêté pour excès de vitesse mais je ne suis pas allé à une vitesse folle. Au-dessus du code, oui, je l’admets. J’ai demandé à faire immédiatement le rapport pour partir, mais le traitement qui m’a été donné par l’un des deux, parce que j’étais Romano Fenati, était choquant. Je me suis excusé pour l’excès et j’ai essayé d’en finir rapidement avec une amende de 80 euros. Mais j’étais dans un débat houleux et irréel pour moi. Comment puis-je me défendre, puisque, étant Fenati, je ne serai jamais défendable ? “.

Tous les articles sur les Pilotes : Romano Fenati

Tous les articles sur les Teams : Snipers team