Alex Rins n’a pas connu un week-end en Styrie de tout repos. Et il espère qu’il vivra le suivant en Autriche avec plus de calme et de sérénité. Ce sera facile à comparer puisque l’événement se déroulera sur le même tracé du Red Bull Ring. Ce dernier est exigeant pour les freins, ce que Viñales avait démontré l’an passé sur sa Yamaha de laquelle il a dû sauter parce qu’il ne pouvait plus l’arrêter. L’équipementier Brembo avait amené du matériel adapté et personne n’y a trouvé à redire. Sauf Alex Rins, touché par un mal mystérieux…

« Les problèmes de freins ne devraient pas être une excuse.  Mais ce n’est pas non plus une sensation agréable lorsque vous roulez à 300 heures de kilomètres et que vous ne vous sentez pas en sécurité ». C’est ainsi qu’Alex Rins a commencé à raconter sa course en Styrie, terminée à la septième place pendant que son équipier Joan Mir était sur la seconde marche du podium. Mais Rins a eu du mal avec les freins avant lors de cette première course après la pause estivale. Parti 13è, il a tout de même réussi à remonter jusqu’au septième rang. Cependant, il sait que, dans situation, ce n’est pas suffisant…

« La course a été un mélange de bon et de mauvais pour moi. J’ai eu du mal avec les freins avant et je ne me sentais pas à l’aise dans les zones de freinage brusque. Derrière Alex Marquez, le frein est tombé en panne et je n’ai pas pu arrêter la moto. J’ai essayé tour après tour de m’y adapter. Je voulais apprendre à m’en occuper et j’ai pu gagner des places. Nous devons donc maîtriser nos problèmes, régler quelques petites choses et régler le problème pour le week-end prochain », a déclaré Rins.

« L’année dernière, je n’ai eu aucun problème de freins, mais d’après les données de Brembo, j’étais à la limite. Il était obligatoire pour tout le monde d’utiliser les nouveaux étriers. Ils ont beaucoup de potentiel, mais Brembo s’est rendu compte qu’il leur fallait plusieurs kilomètres pour bien performer. Je ne sais pas si cela peut être résolu pour la prochaine course, car cela peut être dangereux » ajoute Rins.

alex rince, motogp

Alex Rins avait plus de potentiel que la septième place, donc c’est un peu dommage pour lui

Il précise encore sur son problème : « au début de la course, j’allais bien, mais ensuite ça a commencé à chauffer et je ne sais vraiment pas comment je m’en suis sorti. Je n’avais aucune performance sur le frein. Quand j’étais seul devant, je n’avais pas ce bon feeling. Ils étudient ça chez Brembo, je suis l’un des pilotes qui chauffent le plus les freins, je ne sais pas ce que je dois faire pour moins freiner ».

« Cela a été trois jours étranges. J’espère que la deuxième course sera meilleure. Nous avons reçu beaucoup d’informations et souhaitons améliorer la moto » termine l’Espagnol. Côté team Suzuki, on a commenté par la voix du chef de projet Shinchi Sahara : « ses temps au tour étaient très réguliers et je suis sûr qu’il s’améliorera lors de la deuxième course en Styrie ». Le directeur technique Ken Kawauchi a complété : « Alex avait plus de potentiel que la septième place, donc c’est un peu dommage pour lui. Nous espérons qu’il pourra le montrer la semaine prochaine ». Bref, aucune mention sur les freins…

Alex Rins en duel avec son homonyme Alex Márquez

MotoGP Styrie J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar