Ce Grand Prix de Styrie gardera tout de même quelques mystères dont Brad Binder est un exemple. Ainsi, lors du deuxième départ, la physionomie de la course a radicalement changé pour certains pilotes qui cherchent encore à comprendre les raisons d’un tel revirement. Viñales et Bagnaia sont en droit de se poser des questions sur leur effondrement alors que leur premier envol était plus que prometteur. Pour Brad Binder, c’est le contraire. Il a ressuscité et sa KTM avec après l’interruption de la course…

Brad Binder revient de loin dans ce Grand Prix de Styrie durant lequel il n’a jamais impressionné lors des essais libres pour se qualifier modestement au seizième rang. Depuis qu’il a gagné à Brno l’an passé, le Sud-Africain qui aura 26 ans ce mercredi n’a plus été vu sur le podium, mais cette saison, il n’est pas si mal, avec deux quatrièmes et deux cinquièmes places. Il est huitième au général pour sa deuxième saison en MotoGP. Cependant, le rôle de figure de proue de la nouvelle génération lui a été enlevée d’abord par Fabio Quatararo qui marche avec détermination vers son premier titre, et par Jorge Martin qui l’a égalé dans l’exploit de concrétiser dès sa première année en MotoGP.

Mais Brad Binder reste un diamant à polir et sa remontée depuis les profondeurs du classement jusqu’à une quatrième place arrachée dans le dernier tour en s’offrant les scalps de Zarco et de Nakagami l’a rappelé. « Il y avait un peu de chaos, la première course n’a même pas fait deux tours », a déclaré Brad Binder, dont le frère Darryn a obtenu la 6e place de la course Moto3 sur la Petronas Honda. « Le début de cette première course a été difficile pour moi car j’ai failli chuter à l’approche de la grille lors de mon tour de chauffe. Je ne sais pas ce qui se passait, mais mon pneu avant était nul ».

Il ajoute : « lors du premier tour lancé de la première course, j’avais l’impression de conduire sous la pluie. Le pneu était juste super froid pour une raison quelconque. J’ai failli sortir de la piste et je suis donc retombé à la 21e place. J’ai ensuite dépassé quatre ou cinq adversaires, mais ensuite le drapeau rouge est sorti parce que Dani est tombé ».

En course : Binder (33) devant Bagnaia (63), Rins et Oliveira

Brad Binder : “plus n’était pas possible”

A l’écouter, tout était donc perdu dans ce Grand Prix avant que le drapeau rouge ne soit de mise et relance les débats. Et là, c’est la métamorphose… « Cela s’est beaucoup mieux passé pour moi ensuite », a déclaré Binder. « J’ai tout de suite trouvé confiance dans le pneu avant, mais au fur et à mesure que la course avançait, j’ai vraiment eu du mal avec le pneu avant Michelin. Nous avons besoin d’une construction plus dure. Le pneu avant existant est beaucoup trop tendre pour nous. Cela nous pénalise en entrée de virage, ce qui coûte un temps précieux ».

« C’est une limite que je ne peux pas franchir. Je n’ai pas d’autre choix que de rouler en bordure de cette zone limite pendant toute la course. Au moins, j’ai pu entamer quelques manœuvres de dépassement supplémentaires à la fin et obtenir la quatrième place. Je suis vraiment content de la fin de la course. Plus n’était pas possible ».

Brad Binder et ses collègues remettront ça au même endroit dès ce week-end pour cette fois le Grand Prix d’Autriche. Son équipier Oliveira, blessé au poignet, et qui a dû abandonner pour raison technique en Styrie, espérera aller mieux.

Brad Binder

MotoGP Styrie J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP