Kevin Schwantz est entré dans l’histoire Suzuki au terme d’une saison 1993 ponctuée par un titre mondial. Ensuite, il y a eu celui de Kenny Roberts Jr en 2000 que beaucoup ont étonnamment oublié, retenant avant tout celui qui portait le n°34. Mais en 2020, la consécration pourrait venir non plus cette fois d’un Américain, mais d’un jeune Espagnol du nom d’Alex Rins. A condition de suivre certaines règles que le Texan développe…

Kevin Schwantz en est convaincu, cette année 2020 pourrait être encore plus sensationnelle qu’elle promet déjà d’être avec son calendrier particulier commandé par la crise sanitaire du Coronavirus. Comment ? Avec un titre mondial décroché par Alex Rins pour Suzuki. L’Américain a même la recette, tirée de son expérience : « il s’agit de la communication entre Alex, son chef d’équipe et les ingénieurs japonais », a déclaré Kevin Schwantz. « Parce que les ingénieurs au Japon doivent guider le développement et s’appuyer sur les idées que le pilote donne au chef d’équipe ».

« J’ai eu un nouveau chef d’équipe, Stuart Shenton, en 1992, et ce fut ma pire saison. Mais tout le travail acharné et les tests que nous avons effectués en 1992 nous ont permis de commencer la saison en 1993 avec une moto qui était vraiment bonne et presque partout. Et celle d’aujourd’hui est devenue une moto gagnante ».

Avec deux courses sur le même circuit, gare aux rookies !

Le Texan de 55 ans regarde avec confiance la combinaison faite par Suzuki et Alex Rins. Il faut dire que les résultats obtenus l’an dernier sont une prémonition claire, avec les victoires remportées à Austin et Silverstone. « Je pense qu’Alex peut être au sommet de chaque Grand Prix. Avec cette cohérence, beaucoup de choses peuvent se produire. Il existe de nombreuses erreurs que vous pouvez commettre ou éviter. Vous devez garder la tête froide chaque week-end », a prévenu Schwantz.

Surtout dans une saison qui devrait débuter au milieu de l’été à Jerez avec parfois deux courses en deux week-ends sur le même tracé. Une originalité qui pourrait avoir une conséquence… « Cela pourrait être plus facile pour les débutants ou pour quelqu’un qui a plus de mal à trouver la bonne configuration … Nous devons donner à 100%, la Suzuki fonctionne bien, mais nous devons voir où sont les autres motos, parce que, par exemple, dans le test du Qatar, Honda a eu quelques difficultés et Ducati n’était pas au plus haut niveau. Nous verrons », termine le Texan.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar