Chez Ducati, il y a un Gigi Dall’Igna silencieux qu’il ne vaut mieux pas contrarier selon Andrea Dovizioso. Il y a aussi un directeur sportif Paolo Ciabatti qui tient le terrain de la communication, et puis il existe  un Davide Tardozzi team manager qui a parfois des idées différentes du dernier cité. Il fait même parfois des révélations …

Chez Ducati, la ligne de communication tenue était que la GP20 était une bonne moto mais sans pilote leader dessus. Paolo Ciabatti a décliné cette théorie à satiété, justifiant ainsi parfaitement le changement d’équipe des pilotes. Le team manager Davide Tardozzi semble cependant d’un autre avis. Dans des propos relayés par Speedweek, il prend ainsi le contrepied de son collègue et compatriote : « en 2020, nous n’avons jamais été vraiment compétitifs ».

Voilà qui est dit et qui inquiète pour 2021, puisqu’avec le gel technique décidé comme mesure de sauvegarde économique adaptée à la crise sanitaire encore en cours, on se dit que ce qui était vrai en 2020 le sera cette saison. Et en effet … « Nous ajusterons des choses qui ne peuvent pas être changées actuellement. Il s’agit de savoir comment le châssis est connecté au moteur ».

Si l’on en croit les commentaires de Dovizioso, il faudrait plus qu’un « ajustement » pour marier la Ducati au pneu arrière Michelin. Par rapport à la concurrence, Ducati a moins d’expérience avec les cadres porteurs en aluminium. Le concept actuel a maintenant six saisons et n’a guère été changé pendant cette période. Les mises à jour n’ont aidé que peu.

Tardozzi : « l’année dernière a été un peu désastreuse »

Sur sa lancée, Tardozzi avoue que les espoirs du constructeur reposent déjà sur la future GP22, qui pourra être testée au cours de la saison 2021. Néanmoins, il ne s’agira pas de faire l’impasse sur 2021 pour autant. Avec un châssis révisé, une étape intermédiaire vers la spécification GP22 doit être franchie dans la saison à venir.

Les espoirs de Tardozzi sont sur Dall’Igna : « il est vraiment concentré. C’est le genre de gars qui ne laissera pas sa moto, son équipe et son usine sans gagner pendant longtemps. L’année dernière a été un peu désastreuse car nous n’avons jamais été vraiment compétitifs et, connaissant Gigi, il ne nous permettra pas de revivre cette situation à l’avenir. Je suis donc convaincu que lui et nos ingénieurs trouveront un moyen ». Et cette fois, entre Jack Miller et Pecco Bagnaia, il n’aura aucun pilote pour le contrarier.

Tardozzi prévient que 2021 sera encire un sacré morceau pour Ducati ...

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team