Le développement de la RC213V est un vrai sujet chez Honda qui, depuis deux ans, semble avoir perdu le fil. En fait, la firme de Tokyo a perdu le Marc Marquez qui pouvait tout compenser sur cette moto qui ne brillait donc qu’avec lui. Mais comme le dit Kevin Schwantz, la situation a changé : pour le moment, Marc Marquez est redevenu une personne normale mais la moto reste un problème. Donc ça ne fonctionne pas, sauf au Sachsenring, théâtre d’un nouvel exploit individuel de l’octuple Champion du Monde. Ce dernier dit ce qu’il pense d’une moto laissée durant neuf mois à des équipiers tandis que le nouveau venu Pol Espargaró a aussi un avis particulier sur ce qu’il a découvert chez ce nouvel employeur qu’il se félicitait pourtant de rejoindre…

A bien écouter les deux pilotes officiels Honda, on sent comme une ambiance glaciale dans les rangs du HRC. Et les critiques internes sont à peine voilées. Prenez le cas de Marc Marquez qui se montre assez direct sur la situation qu’il a trouvée après neuf mois passés à se soigner, et donc loin du box Repsol. On découvre ainsi ses propos sur Motorsport : « dans les premières courses après mon retour, je n’étais pas en mesure de comprendre la moto, mais dès que j’ai pu le faire, j’ai vu que quelque chose était étrange. J’ai fait des analyses avec toute l’équipe pour voir précisément ce que les ingénieurs de Honda avaient fait, ce qu’ils avaient fait au Qatar. Il y a eu certaines choses, et tous les pilotes les ont appréciées, mais les performances sont restées les mêmes ou ont empiré ».

Marc Marquez : “si on apprécie quelque chose, il faut que ça rende plus rapide”

Un constat sans appel qui débouche sur ce verdict impitoyable : « or si on apprécie quelque chose, il faut que ça rende plus rapide. On a commencé à regarder tout ça et à un moment donné, j’ai dit ‘Je veux revenir à quelque chose que je connais’, et c’était donc revenir à 2019 ou à Jerez 2020 ». Une fois la leçon donnée à ses équipiers il conclut : « course après course, si on a le temps, on testera des nouveautés déjà utilisées par les autres pilotes et j’essaierai d’y adapter mon style de pilotage. C’est ce qu’on fait depuis Le Mans, petit à petit. Au Sachsenring, c’était vraiment ‘ma’ moto. Maintenant, on va tester ces choses déjà essayées par les autres, mais pour trouver une solution en vue de 2022, pas pour progresser cette année ».

Honda

Pol Espargaró : “Honda ne travaille pas aussi dur que les autres” 

Voilà pour l’avis de l’ancien. Penchons-nous à présent sur l’œil neuf de Pol Espargaró, qui a pris ses quartiers cette année chez Honda, après quatre ans passés chez KTM. L’Espagnol ne mâche pas non plus ses mots, mais ses propos visent plutôt Tokyo… Sur Todocircuito on découvre ainsi : « quand j’ai vu la Honda pour la première fois, j’ai dit ‘c’est ma moto, mon style de pilotage’. Tout le monde dit que la Honda est une moto difficile à piloter, mais pour moi ce n’est pas le cas, toutes les motos sont difficiles. Il faut beaucoup travailler, tout dépend de votre style de pilotage qui vous fera travailler plus ou moins sur telle ou telle moto. Dans mon cas, j’aime le style de pilotage de Honda ».

Le pilote de l’équipe Repsol Honda souligne qu’au cours des dernières années, au HRC, ils ont interrompu certaines lignes de développement, perdant ainsi beaucoup de terrain par rapport à leurs principaux rivaux : « c’est intéressant de voir où était Honda dans le passé et de voir où ils en sont maintenant. Nous avons des problèmes de traction, le changement de carcasse du pneu a fait que Honda ne s’adapte pas comme les autres. Le développement de la Honda a stagné un peu au cours des deux dernières années ». Puis il attaque : « Honda ne travaille pas aussi dur que les autres. Il y a des problèmes que je ne comprends pas. Les meilleurs pilotes comme Marc qui ont plus d’expérience n’étaient pas là pour dire aux Japonais ce qui allait bien et ce qui n’allait pas, c’est pourquoi nous nous sommes un peu perdus ». On rappelle que durant cette période incriminée, il y avait tout de même à l’œuvre un certain Stefan Bradl qui peut se sentir ici totalement désavoué

Mais comme Marc Marquez suit sa propre voie qu’il semble être le seul à pouvoir arpenter, Pol Espargaró et consorts risquent de s’égarer encore un peu plus jusqu’à se retrouver dans une impasse que Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo connaissent bien. Au passage, les trois pilotes en RC213V que sont Pol Espargaró, Alex Marquez et Marc Marquez sont ceux qui ont le plus chuté depuis le début de cette saison.

Honda Marc Marquez



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez, Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team