Jack avait terminé la première journée en onzième position avec un temps de 2’00.383, à 0.762 du leader Marc Marquez. Le deuxième jour, Miller offrait une opposition de qualité en réalisant le troisième temps en 1’59.517 à 0.6 de Maverick Viñales, se classant ainsi premier pilote indépendant. Il précédait par exemple les deux Ducati GP 19 d’Andrea Dovizioso et de Danilo Petrucci. Seule une petite chute contrariait sa progression, sans conséquence grave, comme la veille, dans le virage 9.

Ce vendredi, Jack Miller bondissait en deuxième position en 1’58.366, 2e derrière Danilo Petrucci, et devant Andrea Dovizioso tous les trois sur des GP19, malgré une troisième petite chute.

Lors de l’après-midi, Miller délaissait la chasse au temps au tour. « Nous avons fait une simulation de course, il faisait beau et chaud, mais je ne suis pas très content de la manière dont ça s’est déroulé, d’abord pour un problème de pneumatique au début. J’avais un bien meilleur rythme hier avec un choix de pneus différent. Il a fallu comprendre si ça venait des pneus, des réglages, ou de moi qui pilotait différemment. La température a également joué un rôle important.

« Il nous reste encore beaucoup de travail à faire, mais je ne peux pas nier que je suis très content de mon meilleur temps au tour. J’ai essayé le nouveau carénage (voir photo). Il nous reste encore du travail à faire, et les gars vont avoir du travail pour les tests du Qatar.

« La moto fonctionne bien. Maintenant, c’est à moi de m’améliorer physiquement. On travaille beaucoup l’hiver à l’entrainement, mais ça n’a rien à voir en comparaison avec le pilotage d’une machine de MotoGP. Quand on est ici à Sepang, avec cette énorme température, ça modifie tout ».

Pour son compatriote le quintuple Champion du Monde Mick Doohan, « Jack est rapide. Il doit juste se concentrer mentalement sur ce qui est son objectif. S’il parvient à être tout aussi fort sur ce point qu’il l’est physiquement, alors la régularité sera là. Il peut rouler aux avant-postes, sans commettre d’erreurs. C’est le genre de choses qui ne relève pas de la chance, mais de la préparation.

« En tout cas je pense qu’il peut mieux faire car il a la vitesse, ainsi que la capacité pour canaliser l’aspect mental. Vous commencez par décrocher des podiums, ensuite vous vous battez en tête de course puis pour des victoires et le Championnat devient une possibilité.

« Je suis Australien tout comme Jack et je me réjouirais de voir un de mes compatriotes, et tout particulièrement lui, sur le devant de la scène.

« Ça serait bien pour l’Australie, tout autant que pour notre sport, car nous nous devons d’avoir d’autres nationalités et pas seulement des Italiens ou des Espagnols ».

Résultats du troisième jour de test :

Chronos de référence :

Record des essais officiels (pole position) : 1’59.053 par Dani Pedrosa (Honda) le 24/10/ 2015

Record officieux : 1’58.830 par Jorge Lorenzo (Ducati) lors des tests le 30/01/2018

Record du tour (en course) : 2’00.606 par Jorge Lorenzo (Yamaha) le 25/10/2015

Photos © Alma Pramac Racing

Source interview Doohan : motogp.com

Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac