S’il est une usine qui est ravie de reprendre la piste, c’est bien Aprilia. Et pour cause : sa RS-GP est entièrement neuve avec, notamment, un moteur inédit. Il faut donc faire des kilomètres, engranger des données et surveiller la fiabilité de l’ensemble. C’est exactement ce qu’ont fait Aleix Espargaró et Bradley Smith avec qui plus est une pointe de vélocité sur un tracé de Misano qui n’est traditionnellement pas la tasse de thé de la moto sortie des usines de Noale…

Satisfaisant et encourageant. C’est ainsi que l’on pourrait résumer les trois jours de test accomplis par Aprilia à Misano. Aleix Espargaró a effectué un total de 183 tours et enregistré le meilleur temps de 1’ 32.932. Son coéquipier Bradley Smith, qui remplace Andrea Iannone suspendu, a quant à lui accompli 207 tours et a même chuté, heureusement sans conséquence. Son meilleur temps en tour était de 1’ 33.536.

« C’était excitant d’être de retour sur la piste après une si longue pause et j’ai hâte de commencer les deux premières courses à Jerez. Il est important pour nous de faire beaucoup de tours, car même si notre nouvelle moto montre beaucoup de potentiel, nous devons parcourir quelques kilomètres avec elle », résume Aleix Espargaró.

Bonnes premières impressions confirmées

« Bien que Misano ne soit pas notre meilleur circuit, à la fin des trois jours, nous avons pu établir un bon rythme et confirmer la bonne impression que nous avions déjà lors des essais en Malaisie et au Qatar », a ajouté le pilote de 30 ans de Granollers.

Smith est d’accord avec son compagnon d’écurie. Après avoir terminé son travail, il a expliqué : « je suis vraiment satisfait après la fin de ces essais, car j’ai dû passer du pilote d’essai au pilote régulier physiquement et mentalement, et je pense que j’ai réussi à le faire, surtout au vu du dernier jour. Pour le moment, il est important d’acquérir de l’expérience avec la nouvelle moto et de générer beaucoup de données pour savoir comment elle réagit. »

« Bien que la configuration de base se soit déjà révélée bonne en Malaisie et au Qatar, il reste bien sûr beaucoup à faire pour exploiter pleinement le potentiel. De mon côté aussi, il y a encore place à amélioration, comme on peut le voir également par rapport aux performances d’Aleix. Mais l’écart s’est rétréci et je me sens beaucoup mieux si je pousse le nouveau RS-GP à la limite », a déclaré le pilote de 29 ans d’Oxford.



Tous les articles sur les Pilotes : Bradley Smith

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini