Aleix Espargaró est assuré de son avenir comme pilote officiel Aprilia pour les deux prochaines années. Il sait qu’il a maintenant une nouvelle RS-GP qui pourrait lui permettre de s’élever dans la hiérarchie. Mais il est aussi actuellement le seul à être en mesure de la faire rouler à un rythme soutenu. Une position dominante qui n’est pas si intéressante que ça puisqu’il regrette l’absence d’un Andrea Iannone à la vélocité motivante. L’Espagnol ne sait pas si l’Italien pourra revenir un jour à cause de son affaire de dopage en cours. Alors il attire l’attention de son employeur sur un Anglais…

Pour Andrea Iannone, c’est un nouveau signe de mauvais augure au sujet de l’issue de sa procédure judiciaire pour annuler cette suspension de 18 mois prononcée pour cause de dopage. Dans un dernier entretien, Aleix Espargaró signale qu’il a besoin à ses côtés d’un pilote retaillé, pour l’aider et le mobiliser. Une situation qu’il n’a finalement jamais vécu depuis qu’il est arrivé chez Aprilia : 2017 aux côtés de Sam Lowes, 2018 avec Scott Redding, à partir de 2019 avec Andrea Iannone.

En attendant le retour possible de l’Italien, c’est avec un autre Anglais qu’il commencera la saison 2020 puisque le pilotes test Bradley Smith fera l’intérim. Alors pourquoi ne pas continuer avec un autre sujet de sa Gracieuse Majesté, du genre Cal Crutchlow, sorti de chez Honda pour laisser la place à Alex Marquez qui, lui-même, aura filer son guidon… Au frère Pol Espargaró ?

« Si nous regardons de plus près mes coéquipiers chez Aprilia, c’est très étrange », souligne Aleix Espargaró. « En quatre ans, j’ai connu quatre pilotes différents. Tous des pilotes très talentueux qui ont déjà remporté des courses, ce que je n’ai jamais réussi à faire. Peut-être qu’ils sont plus rapides que moi, même s’ils ne m’ont jamais battu. J’étais très compétitif, mais j’ai besoin d’un coéquipier pour me pousser et m’aider à développer la moto. »

Un pygmalion avec la perfide Albion ?

En ce qui concerne Iannone, l’Espagnol de 30 ans a ajouté : « la situation d’Andrea ne semble pas être très bonne, même si j’aimerais vraiment voir son retour car c’est un pilote très rapide qui me pousserait et c’est tout ce que je veux. C’est donc une période difficile pour Aprilia. Il semble également que tous les bons pilotes ont déjà un contrat. Il serait également très difficile d’en retirer un du Moto2. Ce n’est vraiment pas une période facile. »

Il ajoute sur Speedweek.com à Simon Patterson: « Crutchlow serait formidable pour le projet. Cal connaît l’usine Honda depuis cinq ans. Bien sûr, l’Aprilia n’est pas une Honda. Ce ne serait donc pas facile pour lui. Je ne veux pas dire que ce serait un pas en arrière, mais la vérité est que la moto n’est pas immédiatement compétitive. Vous devez donc vous y préparer dans votre tête, mais c’est un pilote rapide et il serait le bienvenu ». A suivre…



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro, Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini