Lorsqu’il y a eu le baissé de rideau du MotoGP à Portimao, les cérémonies de départ se sont succédé dans un grand vacarme et une vraie émotion. Sauf une. Celle de Tito Rabat. Celui qui a été Champion du Monde de Moto2 en 2014 est parti pratiquement dans l‘indifférence générale. De quoi être déprimé, et d’autant plus qu’il avait un contrat jusqu’en 2022. Mais ainsi est le milieu. Aujourd’hui c’est un cœur brisé qui s’exprime…

Tito Rabat est un Champion du Monde Moto2 qui est allé tenter sa chance en MotoGP en 2016. Depuis cette période, il a essayé de tracer son sillon et notamment en rejoignant le team Avintia Ducati en 2018. Un environnement connu et même fait d’amis. Du moins a priori. Car ce sont les mêmes qui lui ont fait comprendre que son contrat signé jusqu’en 2022 ne valait pas grand-chose. Pour un pilote qui plus est payant, il y a de quoi tomber de sa chaise en plus de sa moto.

Au soir du Grand Prix du Portugal, pendant que les stands de Rossi, Dovizioso ou encore Crutchlow résonnaient d’un animé pot d’adieu, le box de Rabat se vidait rapidement et sans un bruit. Un anonymat et une indifférence qui ont secoué le pilote : « mon cœur était complètement brisé quand j’ai réalisé que je n’avais plus de moto », admet l’Espagnol qui se lâche ensuite : « en MotoGP, je n’ai pas eu ma chance. J’ai toujours roulé en équipe privée. Il est très difficile de montrer de bonnes courses dans cette classe. Ce n’est pas impossible, mais vous avez moins de chances d’obtenir de bons résultats ».

Tito Rabat considère finalement le WSBK

« Au fil des années, j’ai combattu et j’ai gardé l’attitude du combat. Je pense avoir beaucoup appris », ajoute Rabat. « C’est très difficile de montrer son talent en MotoGP quand on court pour une équipe privée. J’ai pu le montrer en Moto2 et j’ai encore la force de le montrer ».

Certes mais où ? Dans un premier temp écarté, le WSBK est maintenant considéré : « bien sûr, c’est une option. Le Championnat du Monde Superbike est aussi un championnat de très haut niveau. Ce n’est pas du MotoGP, mais les pilotes sont toujours très bons », a commenté Rabat après avoir compris que sa dernière chance de rester en Grand Prix, qui aurait pu être Aprilia ne serait jamais d’actualité. On lui prête l’opportunité dune Ducati au sein du team Barni… Avec lequel Loris Baz a aussi pris langue…



Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing