Michele Zasa, Directeur de la Clinique Mobile, commente la saison MotoGP qui vient de se terminer, au milieu de difficultés organisationnelles et de protocoles serrés. Mais il nous parle aussi de la réalité au-delà des courses. L’interview.

Depuis 2014, le Dr Michele Zasa a hérité du Dr Claudio Costa de la direction de la Clinica Mobile. Parlons de ce qui est maintenant considéré comme une institution, un pilier du Mondial, son hôpital itinérant. Cette saison a été beaucoup plus complexe en raison de la pandémie de coronavirus, avec le Dr Zasa et les médecins au premier rang dès le début. Tous les championnats étant bloqués, il a été occupé à plein temps au numéro d’appel d’urgence 118 de Parme. Mais ce n’est pas tout : « En tant que clinique mobile, nous avons donné vie à des projets de dépistage en Émilie-Romagne, avec l’ASL de Piacenza et avec l’AUSL de la Romagne. De cette manière, des tests sérologiques ont été effectués sur les Cliniques Mobiles, donnant un coup de main à notre petite manière et avec nos moyens. »

Considérant que la saison MotoGP est maintenant terminée, « Nous allons probablement poursuivre les projets dans ce sens dans les mois à venir. » Un engagement constant à apporter toute l’aide possible en cette année très spéciale. Une année 2020 dans laquelle il était difficile de penser à un championnat, étant donné la “première vague”. La victoire est la suivante : avoir réussi à l’organiser, assurément avec des règles strictes, pour créer une “bulle” de sécurité pour tous les professionnels. Le Dr Zasa est maintenant de retour au #118 à Parme et nous fourni de nombreux commentaires intéressants sur la situation actuelle.

Comment évaluez-vous cette année 2020 ?

« C’était certainement assez complexe pour tout le monde, tant dans le sport qu’au travail. On peut dire que grâce à toutes les personnes impliquées au niveau organisationnel, nous avons eu la chance de pouvoir organiser un championnat qui d’un point de vue sportif était plus qu’acceptable. Cela le compare à d’autres événements sportifs et avec une pandémie en cours. Nous avons réussi à faire un bon nombre d’événements: si on avait demandé en avril, aucun de nous n’aurait parié sur autant de courses. Un championnat du monde implique beaucoup de choses pour les organisateurs mais aussi au niveau logistique pour la Clinique Mobile : de nombreux aspects à considérer, plusieurs mois loin de chez soi… Et encore plus cette année compte tenu de la situation. »

Un bilan général de ce qui a été réalisé qui est donc satisfaisant…

« Nous sommes satisfaits de ce que nous avons fait : Dorna et l’IRTA ont été très satisfaits de nous, tout comme nous leur sommes reconnaissants d’avoir pu organiser cette saison de la meilleure façon possible, même au-delà des attentes. Bien sûr, nous aurions tous préféré une année “normale”, sans pandémie et sans tant de souffrances dans le monde. Mais à la lumière de la situation à laquelle nous sommes confrontés, je dirais que nous avons été plus que bons. En plus d’avoir beaucoup de patience et d’avoir travaillé dur pour respecter les règles, tout le monde a compris et respecté des règles parfois dures, mais faites pour assurer la sécurité du paddock. On parle là de faire des tests fréquents, de s’arrêter en cas de positivité, d’isoler la personne et d’établir les cas contacts étroits. Un protocole a été établi dès le début et tout le monde s’est adapté. »

Comment le travail de la clinique mobile a-t-il évolué cette année ?

« Elle a longtemps joué un rôle très important dans la moto. D’autant plus dans une année si courte, où tout le monde a donné le maximum pour tout jouer en quelques courses. Ces pilotes étaient donc toujours à la limite, comme ils le sont déjà normalement. Mais surtout cette année. Tout pilote blessé devait revenir très vite, sachant qu’il n’y avait pas 10 jours entre une course et une autre. Avec différentes courses consécutives, les blessés risquaient toujours de rater deux ou trois GP. D’une certaine manière, ce n’était pas nouveau pour nous: nous avons toujours utilisé les mêmes techniques. Bien sûr, cependant, nous avons dû adopter une série de précautions à la lumière de la pandémie : un changement s’est produit d’un point de vue organisationnel. »

C’est à dire ?

« Nous avons dû éviter les rassemblements dans notre établissement de santé où il y avait un risque potentiel de créer une zone d’infection, comme cela s’est produit dans les hôpitaux. Ceci en plus du suivi de l’accès au paddock, avec des contrôles le matin et même avant d’entrer dans la clinique mobile. Nous avons réduit nos prestations en supprimant les “non indispensables” : par exemple les massages décontractants, certes importants dans le domaine sportif, mais moins importants en Moto2 et Moto3. Nous avons ensuite diminué le nombre de physiothérapeutes : compte tenu des réductions, nous pouvions offrir le même service avec deux personnes de moins. Nous avons prêté attention aux distances, à l’utilisation des protections, ce que même les pilotes ont compris. Du point de vue organisationnel, il y a donc eu une série de mesures logistiques, alors que l’activité et les objectifs sont restés les mêmes. Plus important encore, mais toujours des choses auxquelles nous sommes habitués : quand un pilote a un accident, il veut reprendre la piste le plus vite possible, donc nous devons faire des exploits pour lui permettre de courir. »

Qu’est-ce qui a changé sur le plan «psychologique» pour les pilotes et les personnes dans le paddock ?

« Certes, ce type d’organisation a été fatigant, je pense plus pour le staff du paddock que pour les pilotes. Faites trois semaines de suite… Nous étions habitués au triplé en octobre, mais à part cela, nous avions des courses individuelles, au plus deux GP consécutifs. C’était donc très fatiguant: avoir toutes les courses d’affilée, rester loin de chez soi, avec toute une série de restrictions. Dans le détail, vous pouviez être sur la piste ou à l’hôtel, très bien. De toute évidence, il n’y avait aucun moyen de contourner cette “bulle” de protection. Mais il y avait une prise de conscience, tout le monde s’est rendu compte de la nécessité de ces mesures et a compris que c’était mieux ainsi, bien qu’une situation difficile à gérer. En fait, ces restrictions ont permis au championnat de se poursuivre et donc de nombreuses personnes ont conservé leur emploi, ce qui n’est pas négligeable compte tenu des temps actuels. Quant aux pilotes, ils poursuivent leur grande passion qui est la moto. Il y avait donc de la joie pour eux : ils étaient tous heureux de pouvoir continuer le championnat, de faire de la moto… Une aubaine. »

Plus de peur peut-être parmi les pilotes après quelques cas positifs parmi le personnel ?

« Pour tous, pouvoir commencer après le confinement a été quelque chose de fantastique. Puis le frisson de monter sur la moto… Bien sûr, je ne peux que l’imaginer d’après ce qu’ils me décrivent, je ne suis jamais allé à ces vitesses ! Cependant, les craintes pour la situation mondiale ne manquent pas, et certains ont réfléchi lorsque quelques cas sont apparus dans le paddock. Mais il y avait la conscience d’avoir une organisation derrière qui agissait de manière très précise, nous avons toujours géré toutes ces situations de la meilleure façon possible. Nous avons suivi un protocole de santé très sérieux qui minimisait les risques à l’intérieur du paddock.
Nous voulons qu’ils se sentent également “protégés” : ils sont jeunes et en bonne santé, donc le risque est moindre. Bien sûr, cependant, je les ai toujours mis en garde contre ce faux sentiment de sécurité : bien sûr, le virus affecte beaucoup les personnes âgées, peut-être celles qui ont des pathologies, mais il y a eu des cas de très jeunes enfants en réanimation. D’un côté je leur ait dit de vivre leur vie, de l’autre je leur ai rappelé de ne pas baisser la garde. J’ai donc aussi essayé, dans mon rôle, de sensibiliser tous les pilotes, mais d’une façon générale je leur rend toujours visite calmement, sereinement et dans le respect des règles. »

 Le fait d’avoir réussi à disputer ces championnats est donc une victoire…

« Surtout avec autant de courses. Si on m’avait demandé en avril, j’aurais pronostiqué cinq ou six courses. Au lieu de cela, nous avons réussi à en organiser un très bon nombre : à part pour quelques pilotes qui ont peut-être perdu des courses, on peut parler d’un vrai championnat. Peut-être pouvons-nous parler du fait des pilotes contraints d’être confinés et qui n’ont donc pas pu s’entraîner au mieux. Mais en regardant le tableau global, je dirais que c’était un excellent résultat.

Vous attendiez-vous à des championnats aussi durs ?

« D’une part, oui. Sachant qu’ils seraient joués sur une courte période, je m’attendais à une bonne bataille. En général, cependant, la MotoGP mis à part, on a toujours vu de grosses bagarres, surtout cette année avec les titres Moto2 et Moto3 décidés lors de la dernière course. Quant à la MotoGP, un championnat avec Marc Márquez au milieu du groupe aurait été sympa, mais la blessure n’était certainement pas prévisible. Mais ensuite, cela a ouvert les jeux et fait de la place pour toutes ces batailles. Bien sûr, c’est un championnat que Mir a pleinement remporté, les blessures font partie des courses et ce n’est certainement pas un titre qui vaut moins. Qui sait comment cela aurait été avec Marc… Mais avec les “si” et les “mais”, vous ne pouvez pas savoir. Il aurait mieux valu ne pas avoir sa blessure, mais c’était bien d’avoir un championnat aussi durement disputé et décidé seulement dans l’avant-dernière course. »

Un discours que l’on peut aussi tenir avec Lowes, avec une blessure à la main en fin de saison.

« Bien sûr. On évoque aussi Arbolino en Moto3, contraint de sauter une course et de courir la suivante sans avoir travaillé sur les réglages. Qui sait ce qui se serait passé… Je suis très attaché à Tony depuis qu’il est enfant et qu’il était dans le CEV, mais il faut accepter que le championnat se soit déroulé comme ça. Au final, nous avons eu la chance de fonctionner. Bien sûr, cela aurait pu être différent : si Marc n’avait pas été blessé, si Sam n’avait pas été blessé à Valence, si Tony ne s’était pas assis à côté d’une personne testée positive. Mais en fin de compte, ce qui est l’est pour toujours, comme nous l’avons vu dans ce championnat.. »

La question de la quarantaine préventive, cependant, s’est un peu posée, surtout pour Arbolino.

« Je comprends cette partie, mais si vous faites un règlement, vous devez le respecter. Ce n’était pas quelque chose qui avait été fait pour aider uniquement ceux qui étaient malades, mais c’était une mesure nécessaire pour éviter qu’une éventuelle contagion ne se propage dans le paddock. La loi est dure, mais c’est la loi. Malheureusement, en période de pandémie, la quarantaine est nécessaire non seulement pour ceux qui présentent des symptômes, mais aussi pour ceux qui sont définis comme des “cas contacts étroits”, et qui, pour des raisons scientifiques, pourrait être positives de 10 à 14 jours. On ne peut donc pas les laisser faire leur métier, car le statut de pilote n’empêche pas d’infecter d’autres personnes.. À moins qu’on ne dise (mais ce n’est pas le cas) “On s’en fiche, il doit quand même courir”. Alors vous risquez de mettre fin à tout le championnat du Monde. Les protocoles n’ont été faits contre personne, mais ils définissent des situations à risque pour éviter des infections qui auraient pu nous arrêter tous. Cela est parfois triste et dans certains cas, avec le recul, cela n’était pas nécessaire… Mais on ne le sait que plus tard. »

Pour sortir de la course. Vous avez appelé la première vague une sorte de «troisième guerre mondiale». Dans quelle situation sommes-nous maintenant ?

« Mon indicateur est la réalité de Parme, puisque quand je ne suis pas en course, je travaille au #118. Mais même selon les statistiques nationales, la réalité est relativement plus calme. Bien sûr, il y a une urgence, mais les chiffres sont inférieurs à ceux des autres provinces qui avaient moins connu la première vague. J’ai fait cette référence précisément parce que je me suis retrouvé face à une situation vraiment dramatique. Par exemple, en mars ou avril, je me souviens des jours où j’étais allé aux urgences de la Covid et j’avais vu des scènes qui me rappelaient juste des scènes d’hôpital de campagne de la Seconde Guerre mondiale, celles que vous avez vues dans les films. Ce n’est actuellement pas le cas à Parme : il y a une grande organisation, qui se rappelle de la première vague.
Il y a beaucoup de travail dans le secteur, il y a un transfert direct vers les services Covid en passant le moins possible par la salle d’urgence… Bien sûr, si le nombre des cas venait à augmenter et que les ressources en effectif n’étaient pas suffisantes, ce serait plus difficile, mais, au moins pour le moment, c’est un situation gérable. Malheureusement, nous sommes confrontés à une pandémie qui peut s’aggraver à tout moment, également parce que nous ne voyons que tout ce qui a été fait deux à trois semaines auparavant, compte tenu du temps d’incubation. Cela aussi est difficile à faire comprendre aux gens, car il n’y a pas de conséquence immédiate. Cependant, je sais qu’il existe des réalités critiques comme le nord de la Lombardie. Il faut s’en rendre compte et faire preuve de beaucoup de patience : la population est fatiguée, mais c’est une réalité, on n’invente rien. »

De votre point de vue, entre la première et la deuxième vague, pourrait-on faire quelque chose de plus au niveau organisationnel ? Alors que nous en savons encore peu sur ce virus.

« C’est une maladie peu connue, c’est une difficulté de plus. Mais maintenant, nous entendons des nouvelles de ces vaccins qui me donnent beaucoup d’espoir, même si j’aimerais aussi voir des données scientifiques. Pour le moment, je pense qu’il n’y a pas de vaccins définitifs, mais j’espère qu’ils sortiront le plus tôt possible, même en étant conscient qu’il faudra encore plusieurs mois pour vacciner tout le monde et revenir dans un monde de tranquillité. Cependant, quelque chose de plus pourrait être fait, même au niveau politique. Mais cela dépend aussi beaucoup d’une région à l’autre : certaines ont mieux géré l’urgence, d’autres ont un peu lâché prise, surtout pendant les mois d’été.
Une opinion personnelle, mais depuis des années j’ai vu que les politiciens ont toujours tendance à penser à l’immédiat, alors que très peu sont ceux qui se tournent vers le bien commun à long terme. Dans le même temps, cependant, nous ne pouvons pas toujours les blâmer pour notre comportement : le citoyen doit également jouer un rôle. Tout comme j’ai vu des personnes responsables, il y a des gens qui se plaignent des fermetures mais ne savent pas respecter quatre règles simples. Nous avons besoin du sens civique des gens, et pas seulement en Italie : en bavardant dans le paddock, j’ai entendu parler des réalités d’autres pays. C’est peut-être l’homme moderne qui manque de sens civique. »

Un aspect qui «affecte» également le côté médical ?

« Les gens veulent le libre arbitre, donnent des opinions… Mais la science ne se résume pas aux opinions. Peut-être que nous, en tant que médecins et scientifiques, avons également été très désunis, car il y a eu des personnalismes et des désirs d’apparaître qui ont conduit à des messages contradictoires. Dans tous les cas, cependant, la science doit être fondée sur des preuves scientifiques et dont les scientifiques parlent. Ce n’est pas que le barbier, le vendeur ou d’ autres ne peuvent pas s’exprimer, mais je ne comprends pas que j’ai étudié la médecine pendant six ans, plus une spécialisation de quatre ans, et que j’en sais peu. Et que si je veux aussi être réanimateur, c’est un autre secteur. Donc quand j’entends des gens avec toutes ces certitudes, qui font peut-être quelque chose de complètement différent dans la vie, je me demande si je suis en retard, ou si peut-être je n’ai rien compris. »

Revenons aux courses: un premier projet du calendrier MotoGP 2021 a été publié, avec même des manches extra-européennes. Pensez-vous qu’il sera possible de le conserver ou y aura-t-il encore de nombreux bouleversements ?

« Tout dépendra de l’évolution de l’urgence. J’ai discuté avec ceux qui prennent ces décisions et le calendrier a été fait avec la ferme volonté de le respecter au maximum. Avec la prise de conscience, cependant, que toute situation liée à l’urgence Covid pourrait conduire à des annulations inévitables. Mais c’est bien de voir la volonté de l’organisation d’aller de l’avant, de planifier un championnat qu’elle veut respecter autant que possible. »

Le spectacle doit continuer, aussi pour donner un message positif.

« Bien entendu, tout est fait en toute connaissance de cause, avec les précautions qui s’imposent. Nous ne voulons pas avant tout risquer notre santé pour donner un message positif. Cependant, les conditions sont réunies : nous avons un protocole valide, qui peut encore être amélioré, et cette année, les choses dans la “bulle”, au milieu de la pandémie mondiale, ne se sont pas mal passées. Bien sûr, il y a eu quelques cas, mais il était impossible de penser à ne pas en avoir. Mais ils étaient peu nombreux et bien gérés, sans générer d’épidémies. Nous sommes un petit événement dans cette année difficile, mais nous avons évolué et cela donne de l’espoir. Cela signifie qu’avec une organisation solide et le respect des règles, cela peut également être mené à bien dans cette situation. Nous espérons également que l’urgence disparaîtra, que des solutions seront trouvées en termes de traitements et surtout de vaccins. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Diana Tamantini