Ce Grand Prix d’Europe a été comme un coup fatal asséné par les troupes Suzuki au reste du plateau MotoGP. Pourtant, il reste encore deux Grands Prix, dont le prochain, dès ce week-end, sur le même tracé de Valence. Mais la messe semble être dite, tellement le doublé Suzuki vu dimanche a ressemblé à une parade. En tête, un Joan Mir dont la victoire, sa première à ce niveau, le pare de toute la légitimité nécessaire pour ceindre la couronne. Le chef d’orchestre de cette partition parfaitement jouée Davide Brivio jubile à juste raison. Il regarde le chemin parcouru depuis les débuts de la GSX-RR et n’oublie personne dans cette œuvre magistrale, à commencer par Sylvain Guintoli…

Le doublé Suzuki au dernier Grand Prix d’Europe n’a reçu que des éloges de la part d’une concurrence mise KO. Yamaha était déjà dans les cordes, mais c’est le coup de grâce que la marque d’Iwata a reçu de cette GSX-RR parfaitement menée et équilibrée. Les pilotes d’Iwata ne s’y sont pas trompés à commencer par Valentino Rossi qui a rappelé qu’elle était aussi équipée d’un quatre cylindres en ligne. En plus, il connait mieux que personne celui qui est à la manœuvre dans le box d’Hamamatsu, en l’occurrence Davide Brivio.

C’est en effet avec le même Davide Brivio que le Doctor a vécu ses premières et belles heures Yamaha. Aujourd’hui directeur de l’équipe Suzuki, il a commenté au micro de Sky Sport : « je n’ai pas encore regardé les statistiques, mais c’est certainement une saison historique pour Suzuki. Je sais seulement qu’avec ce podium, nous avons établi le record historique dans une saison de MotoGP . D’abord en championnat du monde, cela ne s’était pas produit depuis 2000, espérons que cela se terminera de la même façon. Peut-être que ces jours-ci je mettrai plus à jour les statistiques ».

Un hommage à Sylvain Guintoli

Davide Brivio a ensuite poursuivi : « nous devons simplement être fiers de ce que nous faisons, également pour toutes les personnes qui sont chez nous. Nous espérons bien finir et c’est vraiment une année inoubliable. Le travail de chacun est important, Guintoli sait très bien sélectionner ce dont nous avons besoin. Ses commentaires coïncident souvent avec ceux des pilotes officiels. Nous sommes heureux avec lui et nous voulons continuer avec lui l’année prochaine aussi ».

Enfin, le numéro de l’équipe japonaise tient à rappeler un fait qui écrit l’histoire d’aujourd’hui : « la première fois que j’ai parlé avec Joan Mir, il m’a dit qu’il y avait un problème, qu’il avait déjà une option avec Honda. À ce moment-là, cependant, je lui ai demandé ce qu’il voulait faire et il a répondu qu’il voulait Suzuki. Nous n’avons pas souffert du changement de pneu. Cette année, nous avons été un peu en difficulté au Mans ».

Davide Brivio termine : « c’est la première fois que je fais un doublé avec mes pilotes. Je ne pourrais pas demander plus que ça, ne me réveillez pas, je rêve ! ». On rappellera que Suzuki se démarque aussi de la concurrence pour n’avoir que deux motos en lice. La marque prend ainsi à contrepied l’idée qu’il faut au moins une équipe satellite pour concrétiser en MotoGP. Davide Brivio est décidément l’homme providentiel, comblant même les comptables d’Hamamatsu…

On terminera en signalant qu’avec la perte des points du contingent Yamaha sanctionné pour les raisons que l’on sait, Suzuki peut décrocher la triple couronne. Mir pour celle des pilotes, Suzuki pour celle des constructeurs et l’équipe Ecstar Suzuki pour celle des teams…

Classement Championnat pilotes MotoGP après Valence-1 (12/14) :

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar