A la veille d’un Grand Prix de Grande Bretagne qui tient une place de choix dans son palmarès conséquent, Valentino Rossi s’est un peu plus confié sur sa retraite annoncée. Il avoue même une dernière volonté avant de raccrocher son casque de moto. Il rassure aussi sur son après, non seulement pour les Grands Prix mais aussi pour l’Italie…

Avant toute chose, on comprend que Valentino Rossi se résout plus à la retraite qu’il ne l’embrasse. Il revient ainsi sur cette approche dans un entretien sur motogp.com : « arrêter, je pense que c’est le meilleur choix, mais je ne suis pas heureux, car j’aurais espéré que cette vie continue pendant encore au moins 20 ans, mais je n’y peux rien. J’ai décidé de prendre ma retraite faute de résultats. S’amuser est important, mais s’amuser c’est lorsque vous gagnez ou que vous vous battez pour le sommet ».

« La saison dernière, je n’ai pas été rapide, je n’ai pas pu me battre pour le podium ou le Top Five. En vieillissant, vous devez travailler dur pour être au sommet, vous travaillez plus dur et vous vous amusez moins. Je ne voulais pas abandonner quand j’étais au Top, car je ne voulais pas avoir de regrets et en ce sens je suis heureux et serein » dit le Doctor. « Je ferai de mon mieux d’ici la fin de l’année, je veux finir en crescendo et si je pouvais faire un vœu, j’aimerais gagner au moins un podium d’ici à Valence ! ». La dernière volonté du pilote est ainsi formulée. Ce serait son 200è.

Valentino Rossi

“Le championnat du monde était là avant Valentino Rossi et continuera d’être là même après moi”

« Mon père m’a appris qu’il ne faut pas prendre les résultats trop au sérieux, car ils ne font aucune différence. Laissez-moi vous expliquer mieux : ils ne vous rendent pas meilleur ou plus rapide. Il faut travailler dur mais il faut aussi savoir s’amuser. En dehors du MotoGP, j’ai une vie normale, j’ai plusieurs amis, je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai couru pendant 26 ans » analyse l’homme de Tavullia.

Sur son après, il rassure : « le championnat du monde était là avant Valentino Rossi et continuera d’être là même après moi. Autrefois le motard était animé par la passion, alors que maintenant tout est beaucoup plus professionnel, le niveau a beaucoup augmenté ». Il rassure aussi sur la relève italienne : « tout a commencé en aidant mon frère Luca, Franco Morbidelli et Andrea Migno. Nous avons créé deux équipes, une en Moto3 et une en Moto2 et l’année prochaine nous aurons une équipe en MotoGP, où tout est plus difficile, mais nous sommes prêts. Que les fans italiens se rassurent, ils suivront le MotoGP même sans moi. Et l’avenir de la moto italienne est assuré ».

Valentino Rossi



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team