Par la longévité de sa carrière, que la qualité de son palmarès embellit, Valentino Rossi est la mémoire vive des Grands Prix moto. Il en a vu des générations, des machines et des règlements passer, comme il a pu constater l’effort constant accomplit en matière de sécurité. Les équipements ont fait un bond en avant, la direction de course s’est penchée sur le sujet et les tracés ont pris en compte les impératifs d’une course avec des motos. Il reste toujours à faire. Le Doctor fait son diagnostic…

C’est comme devenu une banalité, mais c’est un véritable exploit technique. Qui aurait relevé, il y a seulement quelques années, du miracle. Un pilote qui chute à plus de 300 km/h d’une MotoGP avant de se relever et retourner vers son box sur ses jambes, ce n’est pas du tout anodin. Physiquement, l’homme s’en ressentira, mais il n’aura aucune lésion grave et pourra poursuivre sa route en serrant les dents. Un moindre mal !

Valentino Rossi fait son expertise sur le chemin parcouru depuis ses propres débuts sur motogp.com : « je pense que nous travaillons très dur sur cette question avec la Commission de la sécurité depuis 2003. Par-dessus tout, nous avons réussi à accroître la sécurité sur les pistes elles-mêmes. Il en va de même pour l’équipement. De nombreuses mesures de protection sont désormais obligatoires, telles que par exemple, l’airbag ou le plastron. »

Au début de la saison 2018, les airbags dans la combinaison de course, dans toutes les classes, ont été rendus obligatoires. Rossi note également : « la qualité des casques s’est améliorée, y compris celle des bottes, si vous la comparez aux années 1990. Mais de mon point de vue, nous pouvons faire la plus grande différence sur les circuits. »

Il explique ainsi l’action à mener : « nous travaillons pour avoir plus de zones de dégagement partout, peu importe le tracé dont nous parlons. Beaucoup d’argent y est dépensé, mais c’est aussi extrêmement important. Parce que c’est toujours un sport très dangereux. Ce serait stupide de ne pas faire tout ce qui est humainement possible pour la sécurité. »

Même en ce qui concerne les conditions sur site, la direction de course prend très au sérieux les avis des pilotes et leurs soucis de sécurité. En 2019, les qualifications à Phillip Island ont été annulées samedi en raison de rafales de vent excessives. La course à Brno a été reportée peu avant le départ en raison d’une averse.

Il reste cependant du travail et l’une des questions les plus épineuses est posée par la ligne droite du Mugello avec sa bosse abordée à des vitesses vertigineuses…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP