Le manque de performance affiché par Valentino Rossi au Qatar, deux étapes desquelles il n’a ramené que quatre points a remis sur la table la question de sa retraite. Sa 26e saison serait pour certains déjà celles de trop et ses compatriotes ne sont pas les derniers à soutenir cette théorie. Cependant, son cas particulier se dilue aussi dans un marasme général au chez Petronas qui interpelle. Franco Morbidelli n’a pas non plus été à la fête à Losail. Enfin, tout le monde ne hurle pas avec les loups. Des voix dissonantes de soutien au Doctor se font aussi entendre, et non des moindres…     

La 21e place sur la grille de départ du Grand Prix de Doha de Valentino Rossi a été un choc pour beaucoup dans le paddock. Beaucoup ont pensé que ce résultat était le signal pour une prise de conscience de la part du pilote qu’il était temps de passer la main. Marco Lucchinelli, dès le Grand Prix du Qatar, et Carlo Pernat, après le Grand Prix de Doha sont montés au créneau peur en appeler à cette retraite dans l’honneur.

Mais ce point de vue ne fait pas l’unanimité en MotoGP. Dans le paddock, Valentino Rossi a aussi des soutiens. Par exemple Joan Mir, le Champion du Monde en titre : « nous ne devons pas massacrer Valentino. Un samedi, les étoiles s’alignent et vous êtes au premier rang. S’il a réussi à repartir de l’avant lors du Grand Prix du Qatar précédent, cela signifie qu’il n’est pas vieux. Il est vrai que cela lui coûte. De toute évidence, il avait un problème, je ne pense pas que le 21e soit sa position, nous le savons tous. Il ne faut pas le critiquer, le laisser faire sa carrière ».

Bagnaia a ajouté : « nous, Italiens, sommes toujours doués pour critiquer les pilotes italiens. Chaque année, c’est toujours comme ça et nous devons l’accepter. Heureusement, quand nous sortons sur la piste, nous donnons toujours 100% et nous ne pensons pas à ces choses en course. Valentino travaille avec une nouvelle équipe et il est normal de devoir se consolider ».

Valentino Rossi : son avenir ne se décide pas en deux courses

« Valentino va bien » assure de son côté Carmelo Ezpeleta. « Je lui ai parlé et il m’a dit que tant qu’il s’amusera, il courra. Et je crois que si Valentino est à nouveau devant, il continuera. Il est physiquement parfait. Lui et moi n’avons jamais parlé de retraite, ni de la sienne ni de la mienne ».

Au sein du clan de Vale, la situation et ce qu’elle provoque ne sont pas niés. Le compagnon, de toujours Alessio Salucci di « Uccio » commente ainsi sur GPOne : « nous connaissons Vale, c’est un dur. C’est quelqu’un qui s’est toujours levé des difficultés et je suis convaincu qu’il recommencera cette fois. De retour que Qatar, il était déjà au ranch pour se préparer pour la prochaine course. Vous pouvez voir sur son visage à quel point il a faim ».

Uccio termine : « Valentino veut courir et je suis convaincu que bientôt nous le verrons rapide sur la Yamaha. Deux courses ne peuvent pas décider de l’avenir de Valentino. S’il est fort dans les quatre ou cinq prochaines courses, il ira certainement de l‘avant en MotoGP. Sinon, nous verrons comment nous comporter. C’est très simple ».

Rossi Mir Bagnaia Qatar

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team