Pour trouver trace de Valentino Rossi sur la feuille des temps au terme des deux jours de test au Qatar effectués par le MotoGP, il fallait descendre dans les profondeurs du classement. Un problème pour le Doctor qui a changé de statut, une nouvelle atmosphère qui était interprétée comme un coup de fouet, une fraicheur roborative que le fait de partager le box avec son protégé Franco Morbidelli pouvait exacerber. Mais le nouveau pilote Petronas n’a pas varié dans ses commentaires sur la M1 pas plus qu’il n’a nié les mêmes problèmes incapacitants. Une situation qui inquiète et qui rappelle que, malgré un état d’esprit toujours dédié à la compétition, Vale a 42 ans et un contrat d’un an avec une clause de résultat …

Le MotoGP n’a vécu que deux jours de test au Qatar, qui étaient l’entrée en matière d’une intersaison qui comptera encore trois jours d’essai, toujours à Losail, avant de se lancer dans la mêlée pour une campagne qui débutera encore près de Doha, à la fin du mois. Mais déjà, des inquiétudes fortes pointent à l’horizon au sujet d’un Valentino Rossi qui a semblé loin du compte dans cette entrée en matière.

On se souviendra d’abord de son analyse, qui n’encourage pas à l’optimisme sur la suite des événements : « nous avons un peu peiné avec l’adhérence du pneu. Nous avons essayé différentes choses mais nous n’avons pas trouvé une très bonne solution, donc finalement cela a été difficile. Nous avons particulièrement souffert en accélération car je n’avais pas beaucoup d’adhérence à l’arrière. Nous avons essayé d’utiliser différents réglages sur la moto et durant les deux prochains jours, nous essaierons d’analyser les données pour essayer d’être prêt et davantage compétitif au prochain test ».

« Il faut changer la configuration pour trouver un équilibre différent qui nous permette d’être plus efficace à la sortie des virages. Le problème, c’est que je n’étais pas assez rapide, donc maintenant nous devons analyser les données avec l’équipe et essayer de suivre une direction différente lors du prochain test ». Qui commencera demain, mercredi, et durera trois jours. Mais comment changer de configuration lorsque la moto semble être toujours la même ? Rossi dit en effet : « nous avons continué à utiliser tous les châssis, mais mon impression, au terme de ces deux jours, est qu’il est très similaire à celui de la moto de l’année dernière. Quand je pilote, j’ai des sensations très similaires à celles de 2020 ». Ce qui n’est pas vraiment une bonne nouvelle.

« Valentino Rossi n’aura pas une année facile »

Le Doctor en termine avec ce constat : « Quartararo et également Maverick ont été très forts. Franco également ». Une conjoncture qui inquiète parmi les observateurs italiens. Il y a ainsi Carlo Pernat qui commente sur GPOne : « Valentino ne s’est pas caché d’avoir des problèmes, ce ne sera une année facile pour lui. Cela ne s’est pas très bien passé, c’est le moins que l’on puisse dire alors que Morbidelli et Quartararo ont ben roulé. Il a des difficultés, il ira certainement mieux dans les prochains tests, mais je doute qu’il puisse se mettre devant un autre pilote Yamaha ».

Chez Capirossi, le son de cloche est le même. L’ancien Capirex spécule même déjà sur la suite de la carrière de son ancien rival et complice. A la Gazzetta dello Sport, il dit : « il a encore les yeux de son enfance. Piloter pour lui est une joie et ça se voit. Il vit au jour le jour et grâce à l’Académie, à ce truc d’être toujours avec ses garçons, il reste jeune ». Cependant … « Les années qui passent vous emportent, elles ne vous donnent pas. Vous ressentez davantage les efforts et vos temps de récupération s’allongent ». Et le manque de résultat risque d’accélérer le processus. Il reste encore cependant encore un peu de temps à Vale pour inverser la tendance inquiètent vue après ces deux jours de test à Losail.

MotoGP Test Qatar 1 J2 : chronos



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team