En ce dimanche 7 mars 2021, Maverick Viñales a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Losail au Qatar, à l’issue de la deuxième journée d’essais officiels MotoGP sur sa Yamaha M1 du Monster Energy Yamaha MotoGP.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Maverick Viñales sans la moindre mise en forme journalistique.


Maverick Viñales : « Je suis très heureux et satisfait de ce test. Honnêtement, cela a été très positif. Yamaha a très bien travaillé. Nous nous sommes beaucoup concentrés sur le rythme, qui pour moi m’a semblé fantastique. J’ai été surpris et heureux que la régularité soit là, en particulier en ce qui concerne les pneus. En fin de journée, nous avons fait cinq ou six tours qui, pour nous, ont été fantastiques, car c’était ce que nous recherchions. Nous sommes donc très contents du test, j’en suis très heureux et je suis très impatient d’être de retour sur la moto et d’essayer de progresser. »

En quoi le nouveau châssis vous a-t-il aidé à rendre ce test très positif ?

« Actuellement, nous n’avons pas encore travaillé avec le nouveau châssis. Nous avions simplement le vieux package ainsi que quelques choses différentes sur la deuxième moto. Je me suis beaucoup concentré sur le style de pilotage, je me suis beaucoup concentré pour faire un bon chrono, sans être trop stressé sur la moto et en essayant d’être fluide. Nous avons beaucoup travaillé sur l’électronique et j’ai vu beaucoup de choses intéressantes, et c’est pourquoi je suis très positif : car quand l’adhérence se détériore, je vois beaucoup de choses intéressantes concernant le style de pilotage. Donc je suis très satisfait et très heureux du test. Je suis donc très impatient d’être de retour sur la moto et de faire de très bons chronos. Pour parler franchement, j’ai été plutôt surpris d’être en 1’54 en milieu de journée. Pour moi, cela reste très positif car l’adhérence n’était pas si bonne, mais j’ai pu piloter très vite. »

Si on ne se trompe pas, vous avez chuté aujourd’hui…

« Oui, j’ai élargi au virage 2. J’avais mis des pneus tendre/tendre et j’ai fait cinq ou six tours pour comprendre comment la moto fonctionnait. J’ai été assez surpris de voir que le rythme venait, en petit 54, car j’attaquais, mais pas au maximum. Il était environ huit heures, soit l’heure de la course. J’ai alors décidé d’essayer le médium avant à l’heure de la course, car j’avais un très bon feeling avec le médium avant. Donc, nous l’avons mis (rires) et dans mon tour de sortie, premier virage, puis une chute dès le deuxième virage. Donc je pense qu’il faisait probablement trop froid pour le pneu médium, et c’est ce qui a causé la chute. Mais nous avons compris des choses qui sont importantes, comme le comportement du pneu médium avec des conditions froides. »

Avez-vous essayé la moto avec le réservoir plein, car c’est souvent ce qui vous cause problème ?

« Bien sûr (rires) ! Je travaille ! Je travaille très dur pour la course, donc…
Vous savez, nous essayons de progresser. Nous savons que nous avons la vitesse, nous savons que nous pouvons faire un tour, et nous savons que nous pouvons être fantastiques sur un tour, mais nous ne sommes pas fantastiques lors des premiers tours de la course, et pas non plus lors des départs. Ce sont donc les points sur lesquels nous travaillons très forts. Bien sûr, peut-être que ma position aurait pu être bien meilleure aujourd’hui et que j’aurai aussi pu aller bien plus vite, mais je suis très satisfait et très heureux du feeling que j’ai sur la moto pour faire le rythme.
Nous verrons lors des prochaines étapes, et bien sûr je devrai faire une attaque du chrono pour voir comment tout fonctionne, mais globalement, le feeling général est que je suis très heureux de la façon dont ils ont travaillé chez Yamaha durant cet hiver. »

Pensez-vous que les problèmes rencontrés par les Yamaha quand l’adhérence est faible sont résolus ?

« Il est très difficile de dire que le problème est résolu, car il n’y a pas de Moto2 ici (rires). C’est assez dur de dire ça, mais j’ai travaillé sur le style de pilotage et sur l’électronique, et peut-être que cela a réglé certaines choses. Je réfléchis à comment améliorer mon style de pilotage quand l’adhérence est très basse, donc lors des trois prochains jours nous devrons à coup sûr essayer beaucoup de pièces, mais aussi nous allons prendre du temps pour nous concentrer pour voir si, peut-être avec les gaz ou avec mon style de pilotage, je peux résoudre ce problème. Pas simplement laisser la moto résoudre ce problème : peut-être que je peux régler ce problème ! Nous essaierons donc de progresser là-dessus. »

Vous êtes l’un des rares pilotes avoir fait des runs plutôt longs, d’environ une dizaine de tours. Pourquoi ?

« J’ai fait de longs runs car j’ ai besoin de plus de tours pour comprendre ce qui se passe quand on change quelque chose ou quand on travaille sur l’électronique, pour pouvoir dire “OK, ça fonctionne comme ça”. Et honnêtement, après la journée, je suis très heureux.
Donc, la rentrée est faite, les deux premiers jours, et c’est très important. Nous avons vraiment fait un bon travail lors de la deuxième journée. Je suis très heureux car les gars travaillent bien, Yamaha travaille bien, et je suis déjà impatient d’être sur le de retour sur la moto (rires). »

Où est la plus grande différence par rapport à l’année dernière : la moto ou vous ?

« Je pense qu’il est très important de comprendre où nous pouvons progresser. Nous avons donc passé la plupart du temps de la première journée pour comprendre où nous devions progresser, et je l’ai compris très vite : quand la piste n’est pas bonne, soudainement je glisse très vite sur l’angle maximum. Donc la deuxième journée, j’ai débuté à 15 heures pour ne pas avoir une bonne adhérence sur la piste, et pour moi le résultat a été très bon car j’ai pu faire des 54’8 et des 54’7 avec des températures élevées, alors que c’est normalement notre point faible. J’ai beaucoup travaillé sur l’électronique, sur le style de pilotage et j’ai changé différentes choses. C’est là-dessus où je me suis le plus concentré. Bien sûr, pour la prochaine étape, nous devons continuer à travailler là-dessus mais nous devons aussi essayer beaucoup de pièces. J’ai essayé différentes choses générales, certaines positives, certaines négatives, mais globalement je suis davantage satisfait sur l’électronique car nous avons progressé. Nous devrons confirmer ça lors des weekends de course, mais il semble que nous ayons fait un progrès. »

Crédit classement: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP