C’est une atmosphère particulière qui plane autour de la future équipe VR46 de Valentino Rossi en MotoGP depuis qu’elle a été annoncée en grande pompe sous les couleurs saoudiennes Aramco. Et pour cause : tandis qu’un prince du royaume faisait part de son enthousiasme dans cette aventure, l’entreprise, elle, niait tout accord. Pendant ce temps, les millions promis décidaient Ducati à armer non seulement l’équipe, mais à passer un accord avec l’académie pour les pilotes à venir. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si le doute ne persistait pas sur qui décide de quoi chez les Saoudiens…

Les Saoudiens, pour l’ambition VR46 en MotoGP sont ils une oasis ou un mirage ? Valentino Rossi et ses troupes se sont-ils fait berner par un conte des milles et une nuit ? Ce sont des interrogations qui persistent dans le paddock et le site motorsport-magazin.com fait état du fait que l’accord de parrainage annoncé avec la société publique de production pétrolière saoudienne Aramco peut ne pas sembler si sûr. La rumeur veut que Rossi aurait pu devenir le pion dans une confrontation au sein de la famille royale. Le prince Abdulaziz bin Abdullah Al Saud a annoncé l’accord par l’intermédiaire de sa société ‘Tanal Entertainment Sport & Media’. L’enseigne “Aramco” cependant, ne relève pas de son autorité. La compagnie pétrolière aurait même nié l’accord avec VR46 au promoteur de MotoGP Dorna.

Valentino Rossi

Valentino Rossi et le prince Abdulaziz

De même, le prince Abdulaziz n’a pas caché qu’il aimerait que Valentino Rossi soit pilote dans sa propre équipe. Ce vœu restera probablement inassouvi, la fin de carrière de Rossi est pratiquement fixée. Viñales serait une alternative en principe, mais il ne devrait pas être très enthousiaste quant au statut du satellite. L’intérêt de Ducati pour lui est néanmoins resté constant depuis l’hiver 2019/2020.

Si Valentino décidait vraiment de raccrocher son casque, ce serait difficile pour le prince saoudien qui a financé l’intégralité de cette ” opération Aramco”. Il n’acceptera pas de ne pas avoir dans l’équipe un pilote de haut niveau associé à l’image de ses entreprises. C’est vrai que Viñales a dit qu’il ne voulait pas d’équipe privée, mais avec le budget et une moto identique aux officiels tout pilote devient plus facile à convaincre. A suivre…

Valentino Rossi

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : SKY Racing Team VR46