Valentino Rossi a donc crevé l’abcès avec Yamaha lors du Grand Prix d’Andalousie. Un véritable enjeu politique tel que présentait par l’intéressé lui-même et qui fait la synthèse entre les questions de mise au point de la Yamaha et le style de pilotage qu’il faut avoir avec les nouveaux pneus Michelin. Un thème qui avait d’ailleurs ouvert une discussion entre le représentant du manufacturier dans le paddock et le Doctor. Mais maintenant, tout est éclairci. Ce qui permet à Valentino Rossi d’analyser aussi la situation avec plus de recul…

Entre deux Grands Prix disputés à une semaine d’intervalle sur le même tracé de Jerez et par des conditions identiques, Valentino Rossi s’est métamorphosé. D’abord hors du top 10 et déprimé, il a ensuite joué devant et il est monté sur le podium. Entre-temps, un aveu : une explication politique nécessaire pour faire céder Yamaha sur ses exigences de mise au point.

Rossi a contré les critiques, formulés jusqu’à chez Michelin mais seuls des changements majeurs dans la configuration ont entraîné un revirement le deuxième week-end à Jerez. Aussi politiquement la pression italienne sur Yamaha a dû s’exercer pour pouvoir apporter des changements à son goût.

« Il faut être ouvert au changement »

En plus de travailler sur la configuration de la Yamaha M1, Rossi travaille également sur son style de pilotage. Au cours des 20 dernières années, il a dû adapter son style à de nouvelles circonstances à plusieurs reprises. Ce processus est toujours en cours.

« Le style de pilotage du MotoGP a beaucoup changé ces dernières années », déclare Rossi. « Il ne faut pas seulement bien piloter, il faut aussi faire les bonnes choses pour les pneus. Ce n’est pas facile. J’ai beaucoup d’expérience, mais cela peut aussi être un problème car il faut être ouvert au changement ».

« Nous avons beaucoup changé l’équilibre de la moto pour que je puisse prendre les virages plus vite et utiliser le pneu. J’essaie de m’adapter le plus possible au style MotoGP moderne avec ces pneus ».

« Mais nous devons aussi adapter la moto à moi-même », rappelle le nonuple Champion du Monde. « J’ai besoin d’autre chose. Mais par rapport à la première course, nos progrès sont bons. Nous devons continuer sur cette voie ». La suite, dès le 7 août à Brno.



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP