Andrea Dovizioso en avait parlé : être un pilote officiel Ducati au sein de la structure usine, c’est accepter une certaine pression. C’est sans doute le lot de tous ceux qui en arrivent à atteindre et ce statut, mais chez les tuniques rouges, c’est peut-être un peu plus fort qu’ailleurs. Une idée qui semble être confortée avec cette vidé de l’accueil du Champion du Monde de Moto2 et ancien de chez Pramac, dont le passage dans le bureau d’un directeur Domenicali solennel et aux propos pesés serait presque intimidant …

L’arrivée de Pecco Bagnaia dans les locaux de Ducati Corse a été un moment immortalisé dans une vidéo dont certains passages méritent le détour. A commencer par cette réception du patron Domenicali qui donne presque l’impression que le jeune Italien passe déjà à la notation.

Celui qui a aussi révélé un échange de courriels avec Casey Stoner se fait ainsi entendre dire par le PDG de la marque : « si je n’ai qu’à vous dire une chose, c’est celle-ci : d’abord vous avez la responsabilité d’être dans l’équipe d’usine Ducati. C’est quelque chose qu’on ne vous enlèverez pas. Nous appelons Ducati et nous avons la responsabilité de bien faire. C’est la même chose pour nous tous ».

C’est ce qui s’appelle poser le débat… mais heureusement, il y a des compensations : « ensuite, vous bénéficiez également du soutien de personnes qui se soucieront vraiment de vous ». Ce qui veut dire qu’il ne faut pas les décevoir non plus…

Ducati, c’est dix mois par an et du soir au matin 

Pour détendre un peu l’atmosphère, Davide Tardozzi qui a fait la visite complète : « Pecco est déjà plus mature que ses 24 ans. Le fait qu’il ait déjà remporté un championnat du monde et même touché le fond avec un accident signifie qu’il a rencontré les plus grandes difficultés pour un pilote. Je lui ai dit que le plus dur était de rester concentré dix mois par an. De se réveiller tous les matins avec la volonté d’atteindre de résultat. Puis d’aller au lit le soir en pensant toujours à ce résultat. C’est la chose la plus difficile ».

Si Bagnaia avait un doute, il sait maintenant exactement ce que Ducati attend de lui … Il en sera de même avec Jack Miller qui aura peut-être moins l’occasion, vu l’ambiance, de se distinguer avec ses facéties.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team