Maverick Viñales sourit plus que l’an passé, il se présente comme un ineffable optimiste et assure de lendemains qui vont chanter. Son environnement dans le box, remanié à ses goûts, est au diapason, un terme qui n’est pas étranger à son employeur Yamaha qui en a pris trois pour en faire son blason. Mais sur le terrain, la musique reste la même. Viñales ne bat pas la mesure en course et c’est dû à un départ lent suivi d’une entame timide. Une routine qui doit cesser.

Le scénario est redondant chez un Maverick Viñales dont les exploits existent, mais lorsque rien ne compte. Au Qatar il a fait la pole-position et en Argentine il était second sur la grille. Des places enviables qu’il vaudrait mieux avoir sous le drapeau à damiers avec les points qui vont avec. Car lorsque les feux s’éteignent, Viñales entre dans le rang avant même le premier virage.

Septième à Losail, il n’aurait pas fait mieux que sixième à Las Termas si Morbidelli ne l’avait pas accroché pour le compte dans le dernier tour. Pendant ce temps, son équipier Valentino Rossi montre l’exemple. Si l’on étudie le parcours de l’Espagnol ces deux dernières années, le déroulé n’est pas une surprise.

Avant Austin, celui qui a changé son 25 pour un 12 réfléchit à la question : “peut-être que la réaction, la prise en main de l’embrayage n’est pas optimale”, suppose-t-il, “mais je l’ai tout de même bien compris. Dans le deuxième virage, j’étais déjà cinquième et après le premier tour, quatrième ou troisième derrière Jack Miller. Nous devons donc continuer à travailler d’arrache-pied pour résoudre ce problème“, a déclaré Viñales.

Ce dernier se pose aussi des questions sur motorsport-total : “en Argentine, j’étais très confiant avec les pneus. Au matin, je me sentais exceptionnellement bien. Mais en course, c’était étrange, je ne comprenais pas vraiment, car en fin de matinée, je pouvais rouler très bas en 1’39 au tour, puis en course je ne m’en suis même pas approché. Nous avons quelques problèmes sur la moto“.

Il termine sur sa situation au championnat : “heureusement, cela se produit maintenant … Si nous devons perdre des points, cela doit arriver maintenant. Je pense que je travaille bien et que souvent, lorsque la moto ne fonctionne pas, je me rattrape, par exemple en qualifications ou lorsque je peux attaquer“. La remise en cause est donc tout de même limitée…



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP