Johann Zarco est trentenaire et au vu de la moyenne d’âge abaissée de la grille de départ du MotoGP avec l’arrivée de la nouvelle vague, il peut être casé parmi la vieille génération. Seul Pol Espargaró, à 31 ans, et Valentino Rossi, qui bat le record à bientôt 42 ans, le précèdent dans la pyramide des âges. Est-ce pour cela qu’on lui connait des prises de position « à l’ancienne » sur certains thèmes portant sur l’évolution de la catégorie ? Sans doute pas, car ses arguments sont surtout frappés du sceau du bon sens. Ainsi, en ce qui concerne la communication croissante entre le pilote et son stand en plein Grand Prix …

C’est l’un des thèmes qui a égayé les conversations dans le paddock lors de la saison 2020 de MotoGP. Lequel ? Celui consistant à réfléchir sur le moyen de développer la communication entre le pilote et son stand en pleine épreuve. La référence sur cette question est une Formule 1 où ce type d’échanges en course est légion grâce à la magie de la radio. Certes, mais ce qui est possible derrière un volant n’est pas forcément souhaitable derrière un guidon.

En MotoGP, les pilotes sont informés de diverses manières avec des informations sur les résultats intermédiaires, les stratégies et autres pendant une course. Il y a le panneautage fait depuis les stands, le tableau de bord, les moniteurs autour de la piste et les signaux de drapeau pour avertir des sites de danger ou d’accident.

Ce dernier en particulier a suscité de nombreuses critiques la saison dernière, surtout après l’introduction d’une règle du drapeau jaune plus stricte. En conséquence, les responsables cherchent des moyens d’améliorer encore la communication avec les pilotes lors des séances d’essais et des courses.

En ce sens, le pilote Honda Stefan Bradl a testé un système radio pour le compte de Dorna, à l’aide duquel la direction de la course peut informer directement le pilote des signaux de drapeau, des pénalités ou autres. À l’avenir, le procédé pourrait également être ouvert aux équipes.

Zarco : « plus d’informations via la radio peut être très perturbant »

Mais Johann Zarco, qui sera un pilote Pramac-Ducati en 2021, reste critique : « je pense que plus d’informations via la radio peut être très perturbant », estime le Français lorsqu’on lui demande si plus d’informations seraient utiles pendant les courses. « Il est désormais possible de partager beaucoup de choses sur le tableau de bord » précise-t-il par ailleurs.

Les pilotes reçoivent non seulement des instructions de l’équipe sur l’écran, telles que quand se rendre aux stands ou modifier la cartographie, mais également des signaux de drapeau, des avertissements ou des pénalités de la direction de course.

Sur l’utilisation de la communication sur le tableau de bord, Zarco admet : « pour être honnête, je ne l’utilise pas trop souvent car ce n’est pas facile de tout lire et en tant que pilote, vous avez tellement d’autres choses à faire pour faire la différence. Et quand vous réussissez, vous êtes assez fort et vous n’avez pas à trop réfléchir à la stratégie pour contrôler la course ou la situation ».

Pour Zarco, tout doit et ne doit pas être partagé pendant une course car trop d’informations peuvent également prêter à confusion. En ce sens, les éventuelles données sur la température des pneus le laissent dubitatifs : « on ne voit pas ça sur le tableau de bord », précise le Français sur Motorsport-total. « Bien sûr, cela peut parfois aider de savoir à quel point vous pouvez pousser ou non. Mais cela peut aussi créer de la confusion ou vous déstabiliser. En dehors de cela, vous pouvez aussi le ressentir à travers votre propre expérience », souligne malicieusement Zarco.

Zarco n'est pas pour recevoir un appel radio en plein effort ...



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac