Lors de la deuxième séance d’essais libres du Grand prix de Malaisie à Sepang, on a pu voir que Marc Márquez avait essayé un nouveau système de frein arrière commandé depuis le guidon de sa Honda RC 213V.

Le frein arrière est maintenant utilisé par la plupart des pilotes, entre autres, pour resserrer leur trajectoire dans les virages, et, si cela ne pose aucun problème dans les virages à gauche, il en va tout autrement dans les virages à droite où l’inclinaison de la moto est telle il n’y a tout simplement plus la place d’actionner la pédale de frein avec la botte.

Aussi a-t-on vu fleurir ces derniers temps des commandes au pouce sur le guidon gauche, couplées ou pas avec la pédale de frein.

Marc Márquez, extrêmement rapide dans les virages à gauche, un tout petit peu moins à droite, a essayé un système identique sur le principe mais légèrement différent dans sa mise en œuvre, en ce sens que la traditionnelle palette poussée par le pouce gauche a été remplacée par un conventionnel levier de frein, à l’image de ce qu’on peut en trouver sur les scooters…

Mais au vu des commentaires du pilote Honda, l’expérience ne s’est guère avérée concluante.

Marc Márquez: « bien sûr, nous avons commencé à travailler sur certaines idées pour le futur. Normalement, dans les virages à gauche, je suis très rapide et, à droite, je suis toujours rapide, mais pas très, très rapide. C’est pourquoi nous avons essayé de trouver quelque chose de plus mais ce n’était qu’une première sensation, un premier contact. On a déjà essayé avec un frein au pouce, mais je n’aime pas ça. J’ai besoin de sentir le guidon avec ma main. Je pratique beaucoup de motocross et j’utilise l’embrayage et le frein avant, et un levier comme ça est pour moi plus facile à utiliser. HRC a continué à travailler et voilà pourquoi nous recherchons de nouvelles solutions. Le matin, j’ai roulé avec la moto standard. Dans la FP2, les deux motos étaient équipées de ce nouveau levier de frein arrière. C’est la première fois où je reçois cette nouvelle pièce avec le frein arrière au-dessus de l’embrayage. Au premier contact, j’ai essayé de comprendre s’il y avait là quelques possibilités pour le futur pour progresser dans certains domaines. C’était intéressant mais assez difficile car nous ne sommes pas habitués à piloter avec ça. Mais pour le moment, ce n’est pas prêt et nous devons continuer à travailler.  Pour le moment, je ne vois aucun avantage supplémentaire et nous allons enlever cette solution pour demain. C’est difficile et ils doivent continuer à investiguer pour voir si cela peut mieux fonctionner. »



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team