Depuis ses débuts à Valence en MotoGP en 2016 avec Mika Kallio, alors wildcard, KTM a marqué ses premiers points grâce à Pol Espargaró qui terminait quatorzième à Las Termas en 2017. L’Espagnol obtenait le meilleur résultat de la firme autrichienne dans cette catégorie avec la troisième place à Valence en 2018, lors de ce qui était seulement la deuxième saison complète de l’entreprise nommée à l’origine « Kraftfahrzeug Trunkenpolz Mattighofen ».

Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, et pas mal de Red Bull dans les verres, ce partenaire – autrichien lui aussi – soutenant sans faillir les troupes du dynamique patron qu’est Stefan Pierer. KTM a remporté 76 victoires en Grands Prix 125 / Moto3 et 23 en 250 / Moto2, soit un total de 99. On va bientôt fêter la centaine !

En MotoGP, les pilotes KTM ont terminé 21 fois dans le top 10, emmenés par Pol Espargaró (12) suivi de Bradley Smith (5), Mika Kallio (2), Johann Zarco (1) et Miguel Oliveira (1).

Le service course officiel qui porte le nom de « KTM Factory Racing » a signé un contrat de cinq ans (jusqu’à fin 2026) avec Dorna pour continuer à disputer le Championnat du Monde MotoGP. L’accord actuel liant les deux partenaires porte sur les saisons 2017 à 2021. 2020 est la quatrième saison de la présence de KTM. « La quatrième et la cinquième année, nous voulons nous battre pour des victoires et pour le titre de Champion du Monde », avait expliqué Stefan Pierer, PDG de KTM, il y a presque un an. Entre-temps, les objectifs sont devenus plus modestes : « Nous voulons nous battre pour les cinq premières places » a dit Pierer.

Par ailleurs, en janvier 2018, KTM et Tech3 ont signé un accord de coopération de trois ans, avec Red Bull également à bord pour trois ans avec l’équipe satellite d’Hervé Poncharal. KTM dépense environ 30 millions d’euros par an pour le MotoGP, avec une contribution de Red Bull d’environ 10 millions d’euros.

Suzuki n’a jamais eu d’équipe cliente depuis le début de l’ère du MotoGP en 2002. Stefan Pierer a toujours présenté Suzuki comme un modèle, car après leur retour en 2015, les Japonais ont remporté le GP de Silverstone avec Maverick Viñales sur la GSX-RR dès 2016. En 2019, Álex Rins a gagné au Texas et à Silverstone. « Suzuki fait un excellent travail. Je suis vraiment impressionné », reconnaît Pierer. « Ils étaient déjà très forts en 2018. »

Dès février 2019, Stefan Pierer a assuré que KTM prolongerait le contrat MotoGP de Dorna après la saison 2021. « Cela va certainement continuer », avait-il alors déclaré. « Une des raisons est que Carmelo Ezpeleta et la Dorna font un super boulot. Faire partie d’un tel cirque est extrêmement utile, et bon pour notre marketing et nos ventes. »

« Nous nous réunirons certainement en 2020 pour voir comment les choses se passent, quels sont les changements de règlements. Mais nous comptons sur une réglementation stable. C’est pourquoi il est positif de prolonger de cinq années supplémentaires. Nous l’avions déjà promis à Carmelo. Il s’agit des années 2022 à 2026 inclus. »

KTM ne veut pas se contenter d’équiper sa deuxième équipe satellite avec du matériel inférieur, mais se concentrer sur quatre pilotes en MotoGP. Selon Pierer, « En principe, nous voulons avoir quatre pilotes au même niveau technique. Malheureusement, cela n’a pas encore été possible la première année, bien que nous ayons essayé de soutenir Miguel Oliveira autant que possible et que nous ayons trois véritables pilotes d’usine. Mais à l’avenir, les quatre pilotes de KTM auront un matériel identique. Ce sera déjà le cas dans quelques jours à Sepang. »

 

Hubert Trunkenpolz, Stefan Pierer et Hervé Poncharal (Circuit Ricardo Tormo, Valence)

Photos © Philip Platzer et Sebas Romero pour KTM

Source : Speedweek.com



Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP