Le pilote Ducati a réalisé un sans-faute en course pour s’imposer devant Toprak Razgatlioglu et Jonathan Rea, effectuant du même coup une bonne opération au championnat.

Deuxième victoire d’affilée pour Scott Redding cet après-midi sur le circuit d’Estoril, après avoir dominé de la tête et des épaules la Course 1 disputée au Portugal. Un succès qui fait suite à sa première place obtenue lors de la dernière épreuve courue dimanche dernier en Aragón.

Mais à la différence de celle-ci, sa victoire du jour détient une saveur particulière en cela que le pilote Ducati a été se la chercher, là où la précédente n’avait en grande partie été rendue possible que par un accrochage de Jonathan Rea avec Garrett Gerloff en Espagne.

A l’arrivée, l’Anglais n’était pas peu fier de l’épilogue d’une journée débutée avec le meilleur temps lors des FP3. « Première chose à dire : C’est une vraie victoire, du genre à vraiment m’émouvoir. Rien à voir avec celle en Aragón, qu’on peut oublier », tranche-t-il d’emblée. « J’ai remporté une course de haute lutte aujourd’hui, et cela me remplit de satisfaction. J’ai senti la pression durant toute la course et j’ai réussi à la soutenir tout du long. Cela me donne un grand boost. »

« C’est une vraie victoire, du genre à vraiment m’émouvoir. »

Parti depuis la deuxième position sur la grille, Redding a bondi de son emplacement sitôt les feux éteints pour faire l’intérieur à Rea au premier virage. Dès lors, le numéro 45 n’allait céder à aucun moment la première place à ses adversaires. « Je suis resté concentré tout le temps, je n’ai fait aucune erreur et en plus de cela, peut-être pour la première fois, j’ai pris un meilleur départ que Jonathan en le passant au premier virage », a-t-il ainsi poursuivi.

 

 

Encore un pari gagnant niveau pneus 

Si Redding a pu sortir la grosse attaque dans les premiers tours de course grâce au recours aux pneus les plus tendres de la gamme Pirelli, cette stratégie osée (comme l’avait été celle des pneus lisses lors de la Course 2 en Aragón) lui a aussi occasionné une certaine frayeur en fin de course, quand il a vu ses rivaux, Toprak Razgatlioglu et Rea, fondre sur lui à toute vitesse. « Les pneus ? Je ne sais pas si c’était le meilleur choix », reconnaît-il après coup. « Si je suis honnête j’étais un peu inquiet à propos des derniers tours, je pensais que Rea pouvait revenir. »

Une crainte qui n’a débouché finalement sur aucun retour du pilote nord-irlandais, trop occupé à essayer de dépasser Razgatlioglu, admirable de défense en fin de course. Mais Redding le sait : Il aurait pu en être tout autrement si le Champion en titre avait bénéficié d’une piste dégagée devant lui.

 

 

Une prise de conscience qui tempère son choix de gommes, à tel point qu’il n’est pas sûr de le reconduire pour demain. « Je ne sais pas ce que je vais faire demain : Rester avec les SCX [les pneus tendres qu’il a utilisés lors de la Course 1] ou me raviser sur les Zéro [utilisés par Rea, ce qui a donné au pilote Kawasaki un supplément de vitesse en fin d’épreuve]. Je pense que je n’aurai pas pu faire un tour de plus avec mes pneus. »

Reste que sa victoire du jour, sa huitième en Superbike, permet à Redding de diviser par deux l’écart qui le sépare pour l’heure de Rea au championnat, et de pointer désormais à la deuxième place du classement suite à la chute d’Alex Lowes, qui a valu au pilote Kawasaki un résultat blanc.

C’est d’ailleurs la première fois que Redding parvient à signer deux succès consécutifs, preuve qu’il peut s’avancer comme principal concurrent de Rea cette saison. Alors, pourquoi pas deux sans trois, voire quatre, demain ?

 

 

Les Kawasaki et Yamaha meilleures sur de courtes distances

S’il est optimiste pour la Course 2, le pilote Ducati tempère les ardeurs en ce qui concerne la Course Superpole, courue sur seulement dix tours et qui devrait favoriser davantage les motos japonaises. « Ce serait bien [de signer une troisième victoire d’affilée], c’est clair”, a-t-il lancé auprès du site officiel du Superbike. « Mais je pense que la Course Superpole va être plus compliquée pour moi car les Kawasaki et les Yamaha sont meilleures sur trois ou quatre tours, car elles ont plus de grip. Si elles prennent un meilleur départ, je pense qu’elles pourront s’échapper, mais si je refais le coup d’aujourd’hui, peut-être que je pourrai gérer la course à ma manière. Nous allons voir comment ça va se passer à ce niveau-là, et si ça ne va pas dans le bon sens (lors de la Course Superpole), alors nous miserons tout sur la Course 2.”

La Course Superpole est prévue à midi ce dimanche, et la Course 2 à 15h. Avec seulement huit unités de retard au championnat sur Rea, nul doute que Redding tentera de pousser son avantage sur le circuit portugais, qui lui réussit bien jusqu’ici.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team