Jules Cluzel retrouvait son principal adversaire, Randy Krummenacher, sur le circuit de MotorLand, les deux pilotes Yamaha étant à égalité au classement provisoire du Championnat du Monde. Ils étaient rejoints également par les concurrents du mondial SSP300 qui disputaient leur première épreuve de l’année.

Selon Jules Cluzel, « L’objectif de ce week-end en Aragón est le même qu’en Thaïlande : bien commencer le week-end et ensuite aller vers le dimanche de la meilleure façon possible, de manière à ce que la confiance soit maximale pour la course. D’après les prévisions pour le week-end, les conditions pourraient être un peu difficiles, c’est donc quelque chose d’autre que nous devrons bien gérer. Nous devons rester concentrés et continuer à nous améliorer, comme nous l’avons fait en Thaïlande, pour faire de notre mieux et récolter le plus de points possible pour le championnat ».

Pour Christophe Guyot, le patron du GMT, selon le nouveau règlement « L’électronique est la même pour tous. De plus, le régime moteur des Yamaha a été quelque peu réduit. Sans entrer dans les détails, les autres constructeurs bénéficient de plusieurs concessions pour leur permettre de rivaliser. La puissance des moteurs est désormais plus ou moins équivalente ».

« Avant l’Australie, je ne vais pas cacher que nous avions placé Raffaele De Rosa comme notre adversaire le plus dangereux en raison du nouveau règlement. Cela n’a pas été le cas en début de saison, mais le Championnat est loin d’être joué. Il y a huit courses en Europe et deux autres en outre-mer, lesquelles seront déterminantes. La MV Agusta sera très clairement dans le coup. Quant à la Honda, il n’y a pas de raison qu’elle ne soit pas dans le match avec de bons pilotes. Hannes Soomer ou Jules Danilo peuvent réaliser de belles choses ».

Et pourquoi pas Lucas Mahias, qui déclarait : « Mon esprit était tourné vers l’Aragón avant même d’arriver en Thaïlande. Malheureusement, ma dernière course a été compromise par un problème réglementaire qui m’a obligé à partir de la dernière ligne. J’ai remonté beaucoup de places pendant la course, tournant au même rythme que les gars les plus rapides. Cela montre que mes sensations avec la moto s’améliorent et que nous devons continuer à travailler pour obtenir le genre de résultats que nous méritons ».

Selon Jules Danilo, « C’est bien de revenir sur la moto après deux semaines de repos. Aragon est une piste sur laquelle je me débrouille bien. Je pense que nous avons bien travaillé, particulièrement en Australie et puis encore une fois en Thaïlande, nous avons fait un bon pas en avant. Si nous pouvions continuer là où nous en étions, ce serait parfait. Nous allons continuer à travailler pour figurer systématiquement dans le top 10 et pourquoi ne pas chercher un top 6 ? ».

D’autre part, ce week-end marque le début de la FIM Europe Supersport Cup avec 3 concurrents qui ne disputent que les épreuves européennes : Xavier Navand (DK Motorsport), Gaëtan Matern (Flembbo Leader Team) et Kyle Smith (Team Pedercini Racing).

Kenan Sofuoglu se verrait bien courir à Imola en wildcard le 12 mai sur une Kawasaki ZX-6R de l’équipe Puccetti. Pour le nouveau sénateur, « Mon approche sera différente d’avant, je ne suis plus un pilote de Championnat du Monde. C’est pour s’amuser, je veux me faire un cadeau. Avant d’arrêter la course, je pensais aimer rouler à moto. Je l’aime vraiment mais je préfère piloter en course. Je peux toujours faire de la moto sur la route. C’est la course qui me manque. J’aime le défi et j’aime avoir un but. J’ai aussi choisi Imola parce que j’ai suffisamment de temps pour me préparer. Il me faut environ deux mois pour être en forme. Assen serait également bien, mais le temps est trop court pour cela ».

Rob Hartog était déclaré inapte pour le reste du week-end en raison de la fracture de son scaphoïde survenue en Australie.

Raffaele était le premier à embêter notre Jules Cluzel en osant le précéder lors de la première séance d’essais libres, dont voici le classement :

1 R. DE ROSA ITA MV AGUSTA Reparto Corse MV Agusta F3 675 1’55.039

2 J. CLUZEL FRA GMT94 YAMAHA Yamaha YZF R6 1’55.175 0.136

3 T. GRADINGER AUT Kallio Racing Yamaha YZF R6 1’55.352 0.313

4 F. CARICASULO ITA BARDAHL Evan Bros. WorldSSP Team Yamaha YZF R6 1’55.455 0.416

5 H. OKUBO JPN Kawasaki Puccetti Racing Kawasaki ZX-6R 1’55.509 0.470

6 R. KRUMMENACHER SUI BARDAHL Evan Bros. WorldSSP Team Yamaha YZF R6 1’55.610 0.571

7 I. VIÑALES ESP Kallio Racing Yamaha YZF R6 1’55.934 0.895

8 L. MAHIAS FRA Kawasaki Puccetti Racing Kawasaki ZX-6R 1’56.126 1.087

9 C. PEROLARI FRA GMT94 YAMAHA Yamaha YZF R6 1’56.365 1.326

Il pleuvait lors de la deuxième séance et très peu de pilotes s’aventuraient en piste. Cresson chutait sans gravité en suivant Caricasulo.

Krummenacher prenait la tête sur le mouillé :

Puis Lucas Mahias lui ravissait la première position sur l’humide :

Classement de la première journée d’essais libres en Supersport :

Chronos de référence :

Record des essais : 1’53.138 par Jules Cluzel (MV Agusta) en 2015

Record du tour : 1’54.605 par PJ Jacobsen (Kawasaki) en 2015

Classement provisoire du Championnat du Monde :

En Supersport 300, pour la première épreuve de l’année, on inaugurait un nouveau système de qualifications. Depuis 2017, la catégorie WorldSSP 300 est la référence en comparaison aux championnats nationaux et se voit prise d’assaut par des pilotes tous plus talentueux les uns que les autres, venus du monde entier pour s’y affronter. Avec plus de 50 inscrits cette année, il a d’ailleurs fallu procéder à quelques ajustements. Ainsi à l’issue des qualifications, tous les pilotes se classant au-delà du Top 30 auront une ultime occasion de s’aligner sur la grille. Le samedi après-midi se tiendra la course dite de la « dernière chance » au terme de laquelle seuls les six premiers pourront participer à celle du dimanche.

Quels adversaires redoute Ana Carrasco, la Championne en titre ? « Je dirais ceux qui étaient dans la course au titre la saison dernière : Scott Deroue et Mika Pérez, estime-t-elle. Robert Schotman sera fort et Marc García (Champion WorldSSP300 en 2017) sera aussi compétitif maintenant qu’il est de retour. Avec tant de protagonistes sur la liste dont certains sont très rapides, je pense qu’on sera nombreux à se battre pour gagner. Ce qui distingue ceux qui rivalisent pour la victoire de ceux qui le font pour le titre, ce sont les erreurs qui sont, ou ne sont pas, commises. C’est un Championnat court, il faut essayer de ne commettre aucune faute. Je crois qu’il y en aura 10 à 12 qui seront très forts, mais il n’y en aura moins qui seront capables de tenir la distance ».

« J’imagine que la barre sera plus haute avec autant d’adversaires, nous aurons peut-être des courses avec entre 15 et 20 pilotes qui lutteront pour la victoire contre 10 ou 12 comme l’année dernière. Cela rendra les choses extrêmement difficiles. Vous pouvez finir hors des points alors que vous vous battez pour le podium en un instant, ça sera délicat à gérer. Une seule erreur et vous perdez beaucoup de points ».

Pour Steffie Naud (Flembbo Leader Team) « Je voudrais terminer ici devant les pilotes que je connais du Promosport et surtout pouvoir participer à la course du dimanche. Nous sommes très nombreux et, à l’issue des qualifications et de la course de la dernière chance, il n’y aura que 36 d’entre nous sur la grille le dimanche et je souhaite faire partie de ceux-là. Du côté du team, ils aimeraient que nous soyons présents lors de l’ultime épreuve du Championnat au Qatar, ce qui impliquerait de figurer parmi les 20 premiers au classement général… mais je ne me projette pas jusque-là pour l’instant ».

Dans le Groupe A, Koen Meuffels (Freudenberg KTM WorldSSP Team) précédait Jan-Ole Jahnig (Freudenberg KTM Junior Team), Galang Hendra Pratama (Semakin Di Depan Biblion Motoxracing), Manuel Gonzalez (Kawasaki ParkinGO Team) et Marc Bayen Luna (Kawasaki GP Project). Ana Carrasco n’était que huitième.

Dans le Groupe B, Victor Steeman (Freudenberg KTM Junior Team) devançait Maximilian Kappler (Freudenberg KTM WorldSSP Team), Scott Deroue (Kawasaki Motorsport) et le Français Andy Verdoia (BCD Yamaha MS Racing).

Le classement définitif des qualifiés sera effectué en fonction des 15 meilleurs temps de chacune des deux séances (sauf inégalité météo), plus les 6 pilotes qualifiés lors de la course de repêchage.

Photo ci-desus : Koen Meuffels (Freudenberg KTM WorldSSP Team)

Classement de la première journée d’essais libres en SSP300 :

Groupe A :

Groupe B :

Chronos de référence :

Record des essais : 2’07.938 par Mika Perez (Kawasaki) en 2018

Record du tour : 2’08.510 par Koen Meuffels (KTM) en 2018

Vidéo (pour le plaisir) : Jules Cluzel après sa victoire à Buriram

Photos © worldsbk.com, teams et constructeurs



Tous les articles sur les Pilotes : Corentin Perolari, Jules Cluzel, Jules Danilo, Lucas Mahias