L’Australie est une grande nation. Par la taille, certes, mais aussi par la stature. D’abord influencée par les autres pays majeurs du Commonwealth, la culture évolua au fil des années pour épouser de nouveau standards. Ainsi, certains sports sont endémiques au pays-continent. Ce n’est pas le cas de la moto.

Depuis toujours, les courses automobiles, puis motocyclistes rythmèrent la vie des jeunes australiens. La MotoGP, comme la Formule 1, n’échappe pas à son lot « d’aussies », présents depuis toujours. Revenons ensemble sur les dix plus grands pilotes Australiens en Grands Prix motos.

Le lien vers la première partie, qui explicite les règles ainsi que les critères de sélection, est trouvable ici même.

Cet épisode fait suite à la cinquième partie, parue hier.


N°2 : Casey Stoner


Comment pouvait-il en être autrement ? L’enfant de Southport, double champion du monde MotoGP, figure en deuxième place de ce classement.

Un talent de feu dans un corps de glace. Voilà comment pourrait se résumer Casey Stoner. Avec un passé triomphal en dirt track, Casey doit attendre l’arrivée en MotoGP pour 2006 avant d’exploser aux yeux du monde.

Peu importe la monture …


Chez Ducati en 2007, il est comme un poisson dans l’eau. Il remporte le premier titre de l’histoire de la marque et le premier titre non japonais depuis 1974. Celle qui paraissait indomptable trouva un maître en la personne de l’australien.

Dans un style glissé quasi poétique, Stoner égaya nos dimanche après-midi pendant sept années. En effet, après son deuxième titre acquis chez Honda Repsol en 2011, ce dernier décida de prendre sa retraite fin 2012. Nous saurons plus tard les tenants et aboutissants de cette décision inattendue.

Fatigue chronique, lassitude du monde médiatique… Stoner aurait adoré les années 80 et 90. Phillip Island, c’est chez lui. Six victoires, six pole en sept apparitions sur le fabuleux tracé côtier. Tout cela – sans parler des joutes avec Pedrosa, Rossi et bien entendu Lorenzo – le hisse à la deuxième place de ce présent classement.


N°1 : Mick Doohan

N°1, comme d’hab. Photo : Box Repsol

Oui, Mick Doohan est le plus grand pilote australien de tous les temps. La hiérarchie, si Casey n’avait pas pris sa retraite, serait peut-être différente mais les faits sont là. Cinq championnats d’affilé. Des saisons à plus de 22 points de moyenne à ne plus quoi savoir en faire. Des records qui ne seront battus que par un autre OVNI, espagnol cette fois, vingt ans plus tard.

Doohan, à l’image de Stoner et de tous les autres héros de cette lise, avait le talent avec lui. Les “aussies” ont ce petit je-ne-sais-quoi, une sorte de pouvoir magique qui les rend spectaculaire et magnifique. L’apprentissage du dirt track sur speedway, idéal pour maîtriser la glisse, n’y est pas étranger.

Mick Doohan (avec Honda Repsol, bien sûr) a changé le sport. Il y eut un « avant » et un « après ». Pour rappel, c’est 54 victoires, 58 pole positions (dont 10 d’affilé en 1997), cinq titres 500cc et deux titres de vice-champion.

Il n’avait pas le charisme d’un Schwantz ou d’un Rainey, mais le cœur, oui. En 1992, il manqua de perdre sa jambe dans un terrible accident à Assen. Évadé de l’hôpital par le Dr. Costa, il s’en sortit miraculeusement et parvint à rouler sur le championnat par la suite. Une histoire digne des films d’Hollywood à gros budget.

Mick Doohan est l’un des plus grands de tous les temps, par le palmarès mais aussi par l’histoire. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, il est, comme il l’a souvent été, classé n°1.

Les blessures, l’engagement et le spectacle sont sûrement les dénominateurs communs de ce top 10. Les australiens ont un cœur énorme et une vitesse naturelle à rendre jalouses d’autres nations. Pourtant, beaucoup de ce top 10 étaient réservés, calmes et parfois même timide une fois le casque rangé au box. Un pays à part qui n’a pas fini de nous mettre à l’envers, c’est certain.

 

Photo de couverture : Ahmad Rithauddin



Tous les articles sur les Pilotes : Casey Stoner

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Repsol Honda Team