L’Australie est une grande nation. Par la taille, certes, mais aussi par la stature. D’abord influencée par les autres pays majeurs du Commonwealth, la culture évolua au fil des années pour épouser de nouveau standards. Ainsi, certains sports sont endémiques au pays-continent. Ce n’est pas le cas de la moto.

Depuis toujours, les courses automobiles, puis motocyclistes rythmèrent la vie des jeunes australiens. La MotoGP, comme la Formule 1, n’échappe pas à son lot « d’aussies », présents depuis toujours. Revenons ensemble sur les dix plus grands pilotes Australiens en Grands Prix motos.

Le lien vers la première partie, qui explicite les règles ainsi que les critères de sélection, est trouvable ici même.

Cet épisode fait suite à la quatrième partie, parue hier.



N°4 : Jack Findlay


Le légendaire Jack Findlay, figure iconique du Continental Circus, figure en 4e position de ce classement. Autant le dire d’entrée de jeu : les trois premiers sont absolument intouchables, ont réalisé trop de choses non seulement pour les Grands Prix, mais aussi pour l’Australie en sports mécaniques.

Jack Findlay débute la course à 15 ans, non loin de Victoria, son lieu de naissance. Piqué, il décide de faire ses valises en 1958 afin de rejoindre l’Angleterre, pour tenter de se faire une place parmi l’élite. À 23 ans seulement, il enregistre ses premiers résultats au guidon d’une Norton Manx.

Il faudra attendre 1966 pour voir les premiers résultats arriver. Sur Matchless, il parvient à faire face aux cadors et s’empare de la troisième place du général en 500cc. 1968 est retenue comme sa meilleure année en carrière, terminant cette fois deuxième derrière un Agostini intraitable (100 % de victoires).

Il quitte progressivement les firmes britanniques pour les belles japonaises. En 1971, soit 13 ans après ses débuts, il remporte enfin sa première victoire sur Suzuki, à l’occasion du Grand Prix d’Ulster. Ce succès est tout simplement le premier pour la marque d’Hamamatsu en 500cc.

Sa stature évolue en 1972 après la parution du légendaire film-documentaire Continental Circus, dont il est l’un des principaux représentants dans l’esprit. En effet, son approche “old school” ne le pousse qu’a s’engager en tant que privé pendant toutes ces années. Il prit sa retraite fin 1978 à 43 ans, après vingt années de bons et loyaux services.

Avec Valentino Rossi et Ángel Nieto, il compte la carrière la plus longue de l’histoire du sport. Une 4e place honorable, bien que son cas mériterait un épisode entier.


N°3 : Wayne Gardner

La NSR500 du crocodile. Photo : Rikita


Inévitable. Si le reste du top 10 est discutable, les trois premières places le sont beaucoup moins. Pour commencer, nous avons affaire à un champion du monde; cela peut paraître anodin mais c’est le premier que nous rencontrons dans cette liste.

Wayne Gardner, c’est les Grands Prix des années 1980 dans leur splendeur. C’est cette hargne, cette motivation. C’est aussi cette victoire lors du Grand Prix d’Australie 1989, lui qui avait  « fait venir » une manche du mondial dans son pays, tant sa popularité était grande.

Le titre de 1987, la rivalité avec Eddie Lawson… il y a tant à dire sur « Crocodile Gardner ». L’emblématique pilote Honda, avec 18 victoires en catégorie reine, est riveté au podium de ce top 10.

Devant lui, c’est juste plus grand. Gardner, sur deux ou quatre roues, passionna énormément d’australiens et popularisa énormément les sports mécaniques sur le pays. Aujourd’hui, il a le statut de véritable légende vivante de notre sport, témoin d’une époque désormais révolue.

Demain, c’est l’heure du verdict final ! Qui sera devant l’autre ? À vos pronostics !

 

Photo de couverture : Stu Newby 



Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Movistar Yamaha MotoGP, Repsol Honda Team