Loris Baz a bien commencé son meeting de Jerez, en se montrant au sommet de la feuille des temps. Le matin, et malgré un souci technique, il a placé sa R1 du team Ten Kate en haut d’une hiérarchie qu’il continue de dominer au terme de ce premier jour en Andalousie, au classement cumulé. Le Français sera à suivre et il est d’autant plus déterminé que la question de la succession de Van der Mark au sein de la structure officielle est toujours en suspens. Il faut donc convaincre, et ça passe aussi par un soutien politique en coulisse. Sur tous ces aspects et cet enjeu, Loris Baz s’est exprimé…

Michaël Van der Mark a donc décidé de tenter l’aventure BMW en 2021 en WSBK, à moins qu’il n’ait refusé la confrontation directe avec le phénomène turc Toprak Razgatlioglu… Reste qu’un guidon officiel s’est libéré, qui met en émoi le clan Yamaha, bien fourni en talents en tout genre.

Parmi eux, il y a un Français. Il s’agit de Loris Baz, et, s’il était choisi, nous aurions deux tricolores dans les deux catégories majeures de la vitesse moto : Fabio Quartararo en MotoGP et Loris Baz en WSBK, les deux étant managés par Eric Mahé… Mais la concurrence est rude pour Loris, avec Andrea Locatelli (23 ans) dans l’équipe d’usine WSS ou les rookies SBK comme Federico Caricasulo ou Garrett Gerloff tous les deux âgés de 24 ans.

Sur le papier cependant, Loris Baz est le choix le plus solide. Le Français n’a que 27 ans, mais a déjà beaucoup d’expérience. Il a piloté trois ans pour l’équipe d’usine Kawasaki, puis trois ans en MotoGP, en 2018 pour Gulf Althea BMW et enfin pour Ten Kate cette année. Septième au championnat, il a laissé une grande impression sur Yamaha avec ses performances, le directeur de course Eric de Seynes est un fan déclaré de son compatriote.

Pour le Français, la question est de savoir s’il aimerait rester avec Ten Kate, où tout est adapté à ses souhaits, ou s’il préférerait rouler pour l’équipe d’usine, où il pourrait obtenir le meilleur matériel et probablement plus d’argent.

Une relation privilégiée avec Yamaha

« Quand je suis revenu au Championnat du Monde Superbike, j’ai toujours dit que je voulais le meilleur package possible avec lequel je pourrais gagner », a déclaré Baz dans une interview avec Speedweek.com. « Ce n’est donc pas une question de savoir si je veux quitter Ten Kate. Je suis très heureux chez Yamaha et j’ai une très bonne relation avec Eric de Seynes. Ce n’est pas le cas avec toutes les marques que je peux simplement prendre le téléphone et appeler le directeur de course et aussi parler de questions privées. C’est uniquement disponible chez Yamaha, c’est cool ».

« Je sais aussi que je suis en haut de leur liste. C’est toujours bien parce que cela signifie que je fais du bon travail. Ten Kate fait du bon travail, je suis sûr que nous pouvons gagner. Dans une équipe d’usine, il y a toujours des détails qui peuvent faire la différence au plus haut niveau. »

« Eric va me demander ce que je veux », croit Baz. « Jusqu’à présent, j’ai à peine parlé à mon manager de l’année prochaine, je me sens très à l’aise avec Ten Kate, ils sont comme une famille pour moi. Et ils ont une bonne connexion avec Yamaha. Si je les quittais, ce ne serait pas comme passer d’une petite équipe privée à une grande équipe d’usine. Nous faisons partie du projet Yamaha. »

Mais il existe deux différences majeures entre Ten Kate et l’équipe d’usine : Ten Kate a un accès limité à l’électronique de Yamaha, et Yamaha dispose des ressources financières les plus importantes. « Je sais que l’électronique fait la différence dans ce monde », a déclaré le Français. « Mais je ne vais pas demander à Eric si nous aurons le package complet pour l’année prochaine parce que je le demande depuis un an. Tous les progrès que nous avons réalisés concernent l’électronique. Nous ne sommes pas loin de l’équipe d’usine. En tant que pilote dans une équipe privée, vous avez toujours à l’esprit que vous ne disposez pas des derniers et des meilleurs. Dans le même temps, dans ma carrière, j’ai également trouvé qu’il est très important que vous vous sentiez à l’aise dans votre équipe. L’essentiel est que vous devez tout peser et prendre une décision. Je le ferai le moment venu. »

Quel rôle joue l’argent dans votre décision ? « Jusqu’à présent, je n’ai jamais choisi une équipe à cause de l’argent », a souligné Baz. « Si j’étais resté chez Kawasaki pour 2015, j’aurais dix fois plus d’argent aujourd’hui. Mais j’ai 27 ans et je commence à penser à l’argent. Pour ce faire, vous devez prendre les bonnes décisions dans votre carrière. Beaucoup de pilotes pilotent gratuitement ou même en payant, j’ai beaucoup appris en Grand Prix » termine Loris Baz.

 

 




Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz