L’absence de Michael van der Mark, blessé et forfait, sur la grille de départ se faisait sentir par l’absence d’un homme fort face à Álvaro Bautista et Jonathan Rea. Une belle lutte triangulaire entre Yamaha, Ducati et Kawasaki n’aurait pas été pour déplaire au public massé sur le circuit des bords de l’Adriatique.

A la suite de sa chute entraînant son forfait Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK) regrettait l’opportunité qui pourtant avant ce week-end se présentait bien : « Nous avons passé un excellent week-end à Jerez avec deux podiums et notre première victoire de la saison. Nous étions donc venus à Misano avec un sentiment vraiment positif. Nous avons testé à Misano il y a moins d’un mois et, bien que nous ayons eu assez peu de temps sur piste sèche, ça suffisait pour que nous puissions maîtriser plus facilement ce week-end à Misano et nous battre à nouveau pour le podium dans les trois courses. Malheureusement, le sort en a décidé autrement ».

Yamaha a gagné deux fois à Misano, la première en 2006 la Course 2 avec Andrew Pitt, seule victoire en carrière de l’Australien, et en 2009 avec Ben Spies lors de la course du samedi. En 2017, Yamaha a réussi à monter sur le podium grâce à Alex Lowes, deuxième de la Course 1, puis à nouveau en 2018 avec Michael Van der Mark lui aussi second lors de la course du dimanche.

Selon Loris Baz « Je pense que la journée d’ouverture a été difficile pour tout le monde. La piste était vraiment chaude et l’adhérence vraiment mauvaise comparée au test qui a eu lieu ici. Nous avons juste travaillé sur la moto, essayant de nous améliorer et nous avons poursuivi ce processus hier après-midi avec le pneu de course, alors que les conditions de la piste étaient encore plus difficiles. J’allais de mieux en mieux à mesure que la séance avançait, mais nous avons eu un peu de malchance avec le pneu pour les courses de sprint, car je n’ai pas fait plus de trois tours avec, et hier, quand nous avons mis ce pneu, nous avons eu un petit problème avec la moto. Mais nous sommes encore sur une courbe d’apprentissage abrupte et, parfois, nous devons juste être un peu patients ».

Pour Álvaro Bautista « La journée d’hier a été plutôt difficile et conditionnée par la chaleur et le manque d’adhérence. Nous tournions tous très lentement, il n’y avait pas beaucoup d’adhérence à l’avant et à l’arrière, il était donc facile de se tromper, mais nous avons travaillé fort pour améliorer la sensation ».

Selon Jonathan Rea « Il fait beaucoup plus chaud que lors des tests que nous avons eu ici récemment. Il n’y avait alors pas beaucoup de gomme sur la piste, mais même hier, le niveau d’adhérence était plus faible. Mais en disant cela, cela semble plus normal, en particulier par rapport à Jerez la dernière fois, où le niveau d’adhérence était si élevé qu’avec les pneus vous « creusiez » le sol ! La moto bouge un peu ici et nous essayons simplement de comprendre où nous en sommes. Je sentais hier que nous avions un très bon rythme et que ma vitesse était bonne, et nous avons compris les différents pneus ».

Leon Haslam a estimé que « l’atmosphère à Misano est toujours fantastique. Jerez a été un week-end difficile la dernière fois mais nous avons fait un test privé après le week-end de course et à mon avis, nous avons fait de très grands progrès. Toute l’année, j’ai essayé d’adapter mon style à cette moto, en particulier à l’électronique. Lors de cet essai à Jerez, cependant, nous avons pu explorer un peu plus la moto et essayer de la faire fonctionner davantage pour mon style naturel. Nous avons tout de suite fait un grand pas en avant, et je tiens donc à en tenir compte pour ici à Misano. Nous avons également effectué un test il y a quelques semaines, même si la météo nous a un peu gênés. J’aime ce circuit et j’espère que nous pourrons essayer de revenir sur le podium ».

Kawasaki est l’équipe à battre à Misano, ayant remporté 9 des 10 dernières courses disputées ici, ne manquant la plus haute marche du podium qu’en 2017, lorsque Melandri a gagné pour Ducati, devant Rea et Sykes. Au total, les Verts ont remporté 10 victoires à Misano.

Toprak Razgatlioglu (Turkish Puccetti Racing), n’a pas toujours réussi à bien se qualifier, s’élançant plusieurs fois au-delà de la dixième place sur la grille, mais cela ne l’a pas empêché d’effectuer de superbes remontées pour se battre dans le top 10. Troisième à Imola lors de la Course 1, devant Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK Team) et Leon Haslam (Kawasaki Racing Team WorldSBK), le Turc s’est à nouveau hissé dans le top 3 lors de la Course 3 à Jerez. Le pilote de 22 ans et originaire d’Alanya a gagné 53 places au cumulé, entre ses positions sur la grille de départ par rapport à son classement au passage sur la ligne d’arrivée. « Mon problème, c’est toujours la Superpole car avec le pneu Superpole, la moto est différente. Elle ne tourne pas et sort large dans les virages. C’est toujours la même chose, nous avions eu ce problème l’année dernière, et à nouveau cette année. Il n’y a eu aucun changement. Avec le pneu de course, mes chronos sont bons parce que la machine est bien réglée, mais avec le pneu Superpole, ils sont très mauvais. Je pars toujours de la 10e, 11e ou 12e position, mais je ne finis pas loin des trois premiers ».

Le départ retardé par la pluie

On retrouvait sur la grille de départ en pole position Johnny Rea avec à ses côtés le surprenant Sandro Cortese et Tom Sykes. La deuxième ligne comprenait Alex Lowes, Álvaro Bautista et Leon Haslam. Michael Ruben Rinaldi figurait sur la troisième en compagnie de Michele Pirro et Chaz Davies. Loris Baz s’était qualifié seizième. Il pleuvait légèrement au moment du départ et toutes les motos étaient équipées de pneus pluie. C’était l’occasion où jamais de faire un bon résultat pour les pilotes ne disposant pas du meilleur matériel.

Les pilotes s’élançaient pour le tour de chauffe, puis celui-ci était interrompu au drapeau rouge en raison des problèmes d’adhérence et tous rentraient aux stands.

Il arrêtait de pleuvoir et le départ était fixé à 14h24 (au lieu de 14h00). A l’extinction des feux, le plus rapide à s’élancer sur la piste détrempée, mais séchant, était Johnny Rea, Sandro Cortese, Alex Lowes, Tom Sykes, Álvaro Bautista et Leon Haslam. Trois Britanniques prenaient la tête avec Rea devant Lowes et Sykes. Bautista remontait en quatrième position en doublant Cortese. Loris Baz passait à la douzième place, puis à la onzième en doublant Torres.

Lowes avec sa Yamaha doublait la Kawasaki de Rea, suivis de la BMW de Sykes et de la Ducati de Bautista. Il y a bien longtemps que l’on n’avait pas vu quatre constructeurs aux quatre premières places.

Lowes réalisait en tête le meilleur tour en 1’47.479, 0.8 devant Rea, 3.8 devant Sykes, et 5.3 devant les coéquipiers Bautista et Davies. Loris Baz pointait neuvième à 12.1 après avoir doublé Marco Melandri.

A l’issue du quatrième tour (à 18 tours de la fin), la course était arrêtée au drapeau rouge en raison d’une visibilité insuffisante. La décision de la Direction de Course était parfaitement justifiée. D’ailleurs personne ne protestait.

On repartait (théoriquement) à 15h02 pour 18 tours. Grille de départ : Positions des pilotes juste avant le drapeau rouge (Lowes en pole, devant Rea, Sykes et Bautista. Baz neuvième). Le plus rapide à l’extinction des feux était Johnny Rea devant Tom Sykes, Alex Lowes, Álvaro Bautista, Chaz Davies et Leon Haslam. Baz partait onzième.

De nouveau, les quatre Britanniques Rea, Lowes, Sykes et Davies précédaient le leader du Championnat Bautista, suivi d’Haslam et Baz bien remonté en septième position. Melandri sortait trop large et revenait douzième sur la piste. Rea et Lowes se détachaient ensemble, 4 secondes devant Sykes, Davies, Bautista et Haslam, avec Baz à 7 secondes. Takahashi (le remplaçant de Leon Camier) était huitième  devant Pirro et Melandri.

Derrière Rea et Lowes, Sykes pointait à 5.6 devant Davies, Haslam et Bautista. Loris Baz était solitaire septième à 10.5. A la mi-course, la pluie augmentait assez nettement. Rea et Lowes devançaient Sykes de 5.8, Davies, Haslam et Bautista de 7.6, et Baz de 10.8.

Lowes prenait alors le commandement et Rea, jouant le Championnat, ne tentait pas de lui résister. Bien vite Lowes comptait 1.5 d’avance sur Rea, 6.1 sur Sykes, 9.2 sur Davies et Haslam, 11.3 sur Bautista et 12.5 sur Baz.

Soudain Alex Lowes chutait alors qu’il était en tête, sans gravité. Rea récupérait le commandement devant Sykes, Haslam, Bautista, Davis et Baz. Michele Pirro chutait sans gravité. Davies ralentissait pour laisser passer Bautista, et Baz en profitait pour se glisser en cinquième position entre l’Espagnol et le Gallois. Rinaldi tombait sans damage. Puis c’était au tour d’Haslam, ce qui mettait Baz en quatrième position !

A quelques tours du drapeau à damier, Rea menait avec 5.2 d’avance sur Sykes, 11.5 sur Bautista et 11.9 sur Baz. Delbianco était remonté sixième à 36.5.

Rea remportait finalement une belle victoire qui le relançait au Championnat, tandis que Sykes ravissait BMW, que Bautista sauvait de précieux points pour le titre, et que Loris Baz effectuait une course splendide pour son récent retour en Classement provisoire du Championnat du Monde Superbike.

Résultats de la Course 1 :

Classement provisoire du Championnat du Monde :

[email protected]_lukasz_swiderek

Vidéo : Johnny Rea et Leon Haslam

Alex Lowes :

Photos © worldsbk.com / Dorna, constructeurs et équipes

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista, Loris Baz, Michele Pirro

Tous les articles sur les Teams :