Tito Rabat a quitté les Grands Prix à contre-cœur mais il ne regrette plus rien depuis qu’il a découvert ce qu’était le WSBK. Il lui reste pourtant encore beaucoup à faire, à commencer par sa première vraie compétition dans ce milieu, mais il est déjà convaincu d’une chose : il ne perd pas grand-chose d’avoir échangé sa Desmosedici GP19 avec une Panigale V4R. Il confirme ainsi la tendance qui veut que même en version S de base, cette sportive sortie des usines de Borgo Panigale pour les concession, est étonnante …

On se souvient de la sensation provoquée et des débats qui ont suivi lorsque le patron de Ducati s’est réjoui de voir la Panigale V4S entre les mains expertes de ses pilotes MotoGP ne rendre qu’à peine plus de deux secondes au tours sur le tracé de Jerez, lors d’un simple entraînement. Tito Rabat apporte sa voix au sujet, en parlant ainsi de sa nouvelle Panigale V4R, testée à Misano le 4 février : « je me suis beaucoup amusé, la Ducati est une super moto », a déclaré le pilote de 31 ans dans des propos rapportés par Speedweek.

« C’est vrai, il n’y a pas de grandes différences avec le MotoGP. Vraiment, la MotoGP a été développée au plus haut niveau, mais la Superbike n’est pas très différente » insiste l’ancien Champion du Monde Moto2 millésime 2014.

Rabat : « ça n’a jamais été facile pour moi »

Tito Rabat, déjà apprécié dans le paddock du WSBK et notamment par Scott Redding a comme retrouvé une seconde jeunesse avec ce programme au sein du team Barni qui lui a également comme rendu sa dignité. L’Espagnol dit ainsi : « je ne pense plus au passé, ça n’aide pas. Je suis content. À 31 ans, je me sens comme un enfant. Je continue de pousser, je suis toujours comme un petit garçon. J’adore m’entraîner, travailler à la salle de sport et exercer mon métier avec passion et surtout avec beaucoup d’enthousiasme ».

Il termine sur son statut de pilote de course issu d’un milieu aisé : « je m’en fiche que mon contrat ne rapporte pas d’argent. Je pilote gratuitement, mais je n’ai rien à payer pour cela », a déclaré Rabat. « Je crois en moi et vivrai des résultats. Ils viendront, j’en suis sûr. Ce ne sera pas facile, mais cela n’a jamais été facile pour moi ». En attendant de retrouver sa Panigale V4R, Rabat s’entraîne tant et plus sur une version S qu’il a mise par terre à Almeria. Heureusement sans gravité pour le pilote …

Tito Rabat ne ménage pas sa peine pour relever son nouveau défi ...



Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat