Scott Redding est un personnage haut en couleurs dont le MotoGP s’est privé. L’Anglais a quitté en effet le monde des Grands Prix dont il est issu et qu’il a animé de son caractère entier, comme avant lui Crutchlow et Iannone. Heureusement, il nous reste encore Jack Miller. Cependant, le même Redding continue de rayonner sur la scène internationale via un WSBK qu’il a découvert en 2020. Un nouveau terrain de chasse que le prédateur de 2020 compte bien faire sien en 2021, maintenant qu’il a acquis de l’expérience sur sa Ducati …

Scott Redding a su rebondir après être sorti par la petite porte d’une période MotoGP qui a semblé être le chant du cygne de sa carrière. Revenu aux fondamentaux du BSB, il a retrouvé une atmosphère et un combat adaptés à ses valeurs, et après le titre conquis, il est arrivé comme officiel Ducati en WSBK l’an passé.

Certes, avec cinq victoires et 14 podiums, il a été moins impressionnant qu’Alvaro Bautista à qui il a succédé sur la Panigale V4, puisque l’Espagnol a raflé 16 victoires et 24 podiums. Mais c’était dans le monde d’avant, avec 13 courses de plus, et le Britannique a maintenu le suspens du titre face à l’ogre Rea jusqu’au dernier rendez-vous d’Estoril. Il a rendu les armes pour 55 points, contre 165 à celui qui est maintenant chez Honda.

Redding est donc vice-champion du monde après sa première année en WSBK. En 2021, il aura l’expérience de cette première campagne. Et à l’écouter, il a bien analysé ses adversaires dont il aimerait faire ses proies cette saison… « Maintenant, je connais les pneus, les tracés et les adversaires et nous avons des données pour la moto. Tout était nouveau pour moi l’année dernière », a souligné le pilote de 28 ans depuis le 4 janvier.

Redding veut être le roi lion

Il espère également que les faiblesses de la Ducati Panigale V4R seront aplanies. « Jonathan Rea peut tirer une grande partie de son expérience », déclare Redding. « C’est aussi un fait que Kawasaki est toujours fort quand il y a de l’adhérence. Et Yamaha est toujours bon quand il fait un peu plus frais et qu’il faut beaucoup s’incliner. C’est le caractère de ces motos, qui est particulièrement évident avec les pneus neufs ».

« Nous sommes tous au même niveau avec les pneus usés. C’est pourquoi Johnny poursuit toujours la stratégie de partir au volant dans les cinq ou six premiers tours, il peut particulièrement bien utiliser l’adhérence initiale des pneus. Si je peux le suivre dans les premiers tours, je peux le combattre pendant toute la course. Il était très rare qu’il puisse m’éloigner de moi vers la fin » analyse Redding qui fait ce constat existentiel en vue de la prochaine campagne : « tout le monde veut manger, mais peu sont prêts à chasser ».

Redding est visiblement prêt à endosser le rôle de prédateur. La rentrée de fera les 20 et 21 janvier à Jerez pour un WSBK qui ne commencera sa saison qu’en avril, à Assen. Car la pandémie dicte toujours sa loi.

Redding a faim pour 2021 et il ira chercher ses proies pour se rassasier ...



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding