Entre Toprak Razgatliogu et Jonathan Rea, le duel pour le titre mondial se jouera jusqu’à la fin. Et ça tombe bien pour le promoteur Dorna du WSBK qui pourra ainsi maintenir l’attention malgré le fait que ces joutes décisives se dérouleront loin de l’Europe. En effet, la catégorie ira d’abord en Argentine avant de clôturer les débats en Indonésie sur le nouveau tracé de Mandalika. Et puis on peut compter sur Toprak Razgatlioglu pour ne pas oublier ces échéances. Le Turc, en effet, en a remis une couche sur la chaude ambiance qui règne en ce moment dans le paddock…

Des dépassements virils, des invectives par sketches interposés aux arrivées, et des mots qui ne font pas baisser la pression… Il y avait décidément longtemps que l’on n’avait pas vécu une telle fin de saison en mondial Superbike, habitué depuis six années à voir Jonathan Rea en démonstration sur sa Kawasaki. Mais cette fois, il y a un jeune turc du nom de Toprak Razgatlioglu qui se dresse devant lui avec une Yamaha.

Une R1 qui lui cause parfois du souci, lui enlevant ainsi d’une course à l’autre l’avantage qu’il s’était construit sur la piste. On l’a vu dernièrement à Portimao où le protégé de Kenan Sofuoglu est parti à la faute après que la Yamaha s’est délestée de quelques éléments en plein virage, déséquilibrant son pilote. Mais il en faut plus pour atteindre le moral de Toprak qui a déjà rangé cet événement parmi les inévitables péripéties d’une saison de compétition. A l’abord des deux rendez-vous restants au calendrier qui offrent six courses et 124 points à prendre, il est en tête du classement général devant Rea pour 24 unités.

Cela nous promet donc un beau final et d’autant plus qu’en embuscade on trouve Redding prêt à bondir sur la moindre opportunité pour profiter de sa dernière année sur la Ducati. Quant à l’ambiance générale, elle est explosive. Toprak Razgatlioglu, par sa dernière intervention, montre qu’une couronne se gagne également sur le terrain de la psychologie. Il prend donc frontalement Jonathan Rea en donnant ainsi le change sur les critiques formulées à l’encontre de sa façon virile d’aborder les dépassements : « il commence à se plaindre de moi et c’est un bon signe : cela signifie qu’il est très en colère contre la façon dont se déroule le championnat », a analysé le pilote de 24 ans.

Crash à grande vitesse : Toprak Razgatlioglu

Toprak Razgatlioglu : “je n’ai pas peur, mais peut-être que Redding et Rea ont peur”

Il ajoute : « ce n’est pas mon style de parler comme ça. Et je ne changerai pas. Je me battrai chaque week-end de course comme avant. Je n’ai pas peur, mais peut-être que Scott et Johnny ont peur. Ce n’est pas un problème pour moi. C’est mon style et je ne le changerai pas ».

Le fait que l’ambiance et la rivalité entre les trois meilleurs pilotes Superbike du moment se soient envenimées s’est reflété sur la piste de course au Portugal. Rarement on a vu autant de manœuvres de dépassement risquées et agressives de toutes parts, mais surtout entre Rea et Razgatlioglu.

« Parfois, il y a des contacts dans les courses et ça va, c’est la course », commente Razgatlioglu. « Dans la première course, c’était un peu difficile au début, mais ça allait. Il voulait doubler, mais moi aussi, et maintenant il se plaint. Je suis un peu surpris par Johnny. Redding a aussi abordé ce problème après chaque course. C’est une bonne chose ». On rappellera que c’est le même Razgatlioglu qui est susceptible d’arriver bientôt dans le peloton du MotoGP

Toprak a célébré sa onzième victoire de la saison

WSBK Superbike : classement du championnat

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jonathan Rea, Toprak Razgatlioglu