L’homme d’affaire russe Timur Sardarov, PDG d’Ocean Group, a pris le contrôle du vénérable constructeur italien MV Agusta il y a un peu moins de deux ans, après le désengagement d’AMG Mercedes. En compétition, la marque est engagée en Moto2 avec l’équipe Forward et comme pilotes Stefano Manzi (15e du GP du Qatar) et Simone Corsi (21e à Losail) et en Championnat du Monde Supersport avec l’équipe MV Agusta Reparto Corse d’Andrea Quadranti, avec Raffaele de Rosa, deuxième du mondial après Phillip Island, et Federico Fuligni neuvième.

La grande nouveauté annoncée par Sardarov est un moteur de 950 cm3. Ce trois cylindres en ligne ne remplacera pas le 800 actuel, mais sera un moteur entièrement nouveau. Le 800 était en effet né en « gonflant » le 675. La gamme MV Agusta, à la suite de l’accord avec le constructeur chinois Loncin, comprendra donc des 400, 500, 600, 800, 950 et 1 000 cm3.

Pour ce qui est de la compétition, le PDG russe a des idées précises : « MV est une petite maison, qui doit actuellement se concentrer sur la croissance et l’amélioration de la gamme, ainsi que sur l’augmentation de la fiabilité et la récupération de l’image. »

« La MotoGP coûte beaucoup d’argent, et nécessite beaucoup de ressources, économiques, bien sûr, mais aussi technologiques. Ce serait une grave négligence de ma part d’engager le budget que nous devons actuellement consacrer aux objectifs que je viens de mentionner » a déclaré Sardarov à Edoardo Licciardello de Moto.it.

« Et puis je trouve que le règlement est actuellement très déséquilibré en faveur des constructeurs japonais, qui peuvent engager un budget pratiquement illimité. Ce serait très stupide de notre part de dépenser beaucoup d’argent, dont, comme je l’ai dit, nous avons besoin ailleurs, mais nous ne pouvons pas penser à gagner, parce que c’est très difficile contre Honda ou Yamaha : Ducati ne peut pas le faire et ils font de gros efforts et pour l’instant ils sont très en avance sur nous en termes d’expérience dans ce championnat. »

« Nous devons toujours nous rappeler que MV Agusta est une entreprise qui totalise 37 titres mondiaux, et si nous nous lançons dans la MotoGP, nous devons être conscients des attentes très élevées. Ce serait différent si les règles devaient changer à l’avenir et aller dans le sens de la F1, avec un budget limité. »

« Le projet Moto2 est né avant mon arrivée, et il est justifié par le développement et l’expérience que nous avons. Nous resterons certainement jusqu’en 2022, avec une compétitivité que je prévois de développer, puis nous verrons. Je ne nie pas que ce serait beaucoup plus intéressant pour nous si le règlement s’ouvrait à une solution de moteur libre. »

« En Superbike, malheureusement, notre F4 n’est plus compétitif depuis plusieurs années et nous ne pourrions pas convaincre une équipe de rouler avec notre moto. C’est différent en Supersport, où l’équipe est beaucoup plus compétitive, et où je m’attends à de grandes choses. »

« En dehors de la compétition, nous sommes en train de remodeler complètement le réseau de vente, ou plutôt de profiter de la crise qui a obligé à suspendre l’activité de nombreux détaillants. Nous pouvons dire que nous l’avons déjà fait en grande partie. Le problème est que j’ai hérité d’un réseau de distribution pratiquement détruit, qui a beaucoup souffert lors de la dernière crise à laquelle a été confronté MV Agusta dans les années 2010. »

« Un réseau qui avait été construit de manière chaotique, sans aucune logique, qui doit être nettoyé et rationalisé. Nous avons besoin que MV dispose d’un réseau de vente à la hauteur de sa marque, et je peux vous assurer que nous avons déjà une longueur d’avance. »

« Pour commencer, comme il reste encore plusieurs zones ouvertes, vous pouvez acheter une MV Agusta sur le site pratiquement partout dans le monde et nous travaillerons sur un moyen de vous la livrer, en attendant de compléter la couverture du réseau. »

« En effet, à partir de la fin du mois de mai, vous pouvez choisir la date précise à laquelle vous souhaitez recevoir la moto. Et entre-temps, nous allons achever le projet d’expansion et de renouvellement du réseau. »

« En ce qui concerne la distribution des pièces détachées, nous avons investi beaucoup de capital et créé un système qui gère 17 000 codes, en mettant également à jour et en corrigeant le processus de distribution. »

« Donc, si, à partir d’aujourd’hui, un concessionnaire ou un revendeur agréé de MV Agusta, qui affiche la marque MV dans son magasin, devait vous refuser le service ou se plaindre d’un manque dans le système de gestion des pièces détachées, je vous demande de me contacter directement, par mes canaux sociaux, et je m’en occuperai personnellement. Il n’est pas acceptable que le MV Agusta tombe dans ce genre de piège. »

 

 

Ci-dessus : Signature de l’accord avec le chinois Loncin.

Ci-dessous : La famille Sardarov

Ci-dessous : Photo Timur Sardarov Facebook

Photos © MV Agusta, Sardarov

Tous les articles sur les Teams : Forward Team