Jules Cluzel est ce que l’on peut appeler un vétéran dans une catégorie WSS dans laquelle il a construit l’essentiel de son palmarès. Hélas, ce beau parcours n’a jamais été synonyme de titre mondial, après tout de même huit saisons. 2021 sera donc sa neuvième et il veut se donner les moyens de concrétiser enfin. A tel point qu’il dit avoir fait pression pour avoir un équipier capable de le bousculer. Le Français est arrivé à ses fins puisque c’est l’Italien Federico Caricasulo qui succède cette année à son compatriote Corentin Perolari …

Jules Cluzel est un pilier de la catégorie WSS. Le Français n’a en effet qu’un rival dans les statistiques de cette discipline et il s’agit de Kenan Sofuoglu. Même dans cette perspective, il apparaît comme le second de quelqu’un. Une position validée par ses trois statuts de vice-champion du monde. Il a aussi été troisième et quatrième, à deux occasions, de ce championnat. Dans l’absolu, il n’y a certes pas de quoi rougir, mais à maintenant 32 ans, le Montluçonnais veut être le leader. Ses 20 victoires et ses 53 podiums montrent qu’il en a les capacités.

En 2021, il remet ça avec la Yamaha R6 et le team tricolore GMT94. Ce sera sa troisième campagne avec ses compatriotes, une fidélité sur laquelle il compte bien capitaliser pour arriver à ses fins : « c’est seulement la deuxième fois de ma carrière que je suis dans une équipe depuis si longtemps », signale Cluzel. « Je suis vraiment content de ça, l’équipe c’est comme une deuxième famille maintenant. Nous nous connaissons très bien et il est toujours bon de travailler avec des gens qui vous comprennent vraiment ».

La base est donc là, mais elle ne suffit pas : « il est toujours difficile de gagner, et il est certain que ce sera aussi le cas en 2021. Il y a beaucoup de bons pilotes sur la liste des candidats », a déclaré Cluzel. « Je ne veux pas trop me concentrer sur une cible particulière car beaucoup de choses peuvent changer. Je vais pousser aussi fort que possible et me concentrer sur toute la saison ».

Jules Cluzel : « avoir quelqu’un pour nous mettre au défi, l’équipe et moi »

Et côté concentration, il aura de quoi ne jamais la perdre ni faiblir puisqu’il voit un certain Caricasulo s’installer à ses côtés. Le bouillant vice-champion du monde 2019 sur Yamaha revient à ses premières amours avec l’intention de faire oublier son expérience mitigée en WSBK. Mais Jules Cluzel ne se plaint pas de cette situation, d’autant moins qu’il avoue l’avoir provoquée… « J’ai fait pression pour que quelqu’un comme Federico fasse partie de l’équipe », a souligné le vétéran sur Speedweek.

« C’est toujours très bon d’avoir quelqu’un à ses côtés pour nous mettre au défi, l’équipe et moi, personnellement. L’expérience et la cohérence avec les moteurs seront cruciales pour nous. Il est très important d’intégrer Federico dans l’équipe et de disposer de données solides » termine le Français qui, en validant et en encourageant cette stratégie n’a pas fait les affaires de Corentin Perolari qui était son équipier. On rappellera que ce dernier s’est réorienté vers le MotoE avec le team Tech3.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jules Cluzel (@julescluzel16)




Tous les articles sur les Pilotes : Jules Cluzel

Tous les articles sur les Teams : GMT94