« Nous devons analyser ce qui s’est passé aujourd’hui ». Ce sont les paroles d’Aki Ajo, patron du team éponyme, qui a pris l’eau en même temps que la pluie inondait le tracé de Brno. Une contre-performance d’autant plus douloureuse qu’une averse n’a jamais fait peur à Johann Zarco qui s’est retrouvé impuissant sur sa machine. Heureusement, l’essentiel est sauf.

Car l’affaire aurait pu plus mal tourner. A un moment hors des points, le Français avait toutes les peines du monde à se maintenir dans un classement mené par un Folger dans le viseur de son rival au championnat Alex Rins. Soit le scénario exactement inverse de celui vécu durant les 48h00 précédentes sur piste sèche : « les conditions étaient vraiment très mauvaises aujourd’hui, mais il faut se rappeler qu’elles étaient les mêmes pour tout le monde » commente le patron. « Nous allons devoir analyser afin d’expliquer pourquoi nous n’avons pas été en mesure de trouver les bons réglages pour la piste mouillée. Car d’habitude, nous sommes performants sous la pluie ».

Déjà, le warm-up avait donné la mauvaise tendance avec le vingt et unième temps du Français. « Nous devons apprendre de cette expérience pour progresser la prochaine fois. Nous avons montré notre niveau sur le sec, alors nous ne sommes pas fondamentalement déçus. Mais nous devons comprendre ce qui s’est passé ici et aller vers Silverstone ».

Le débriefing chez Ajo va donc être détaillé. Heureusement, contre mauvaise fortune, Johann Zarco a fait bon cœur pour ramener cinq points qui compteront au bilan de cette saison de Moto2 toujours ouverte : « les conditions se sont révélées compliquées dès le warm-up » explique le tricolore. « La piste était vraiment différente de celle du Sachsenring et je n’étais pas détendu sur la moto. J’espérais qu’il pleuve moins pour la course, mais en fait, l’averse n’a jamais cessé. La piste était gorgée d’eau. J’ai pris un bon départ puis j’ai essayé de tenir le rythme des hommes de tête, mais je n’y suis pas parvenu. Je n’étais pas à l’aise. J’ai roulé à mon rythme en me disant que c’était toujours mieux que de chuter. Vers l’arrivée, je me sentais mieux et mes temps étaient meilleurs. Je finis onzième, je marque des points ».

« Alex Rins a fait une belle course alors qu’il a souffert durant tout le week-end. Je garde un bon avantage au championnat après ces deux courses. Je me sens fort et il faut rester optimiste, même dans les moments difficiles ». De 34 points, l’avantage de Johann Zarco sur son challenger Rins est passé à 19 unités. Prochain rendez-vous à Silverstone dans quinze jours. L’an dernier, le Français l’avait emporté sur l’Espagnol.

Tous les articles sur : Johann Zarco