Être un pilote officiel Yamaha a quelque chose de frustrant depuis maintenant un an. Ce n’est pas que la moto ne soit pas performante. Mais elle reste incapable de jouer la victoire si bien qu’elle demande un énorme travail de fond à ses pilotes lors des essais avant de devoir jouer serré pour espérer un podium en course. A ce jeu, Valentino Rossi ne s’en sort pas si mal puisque le voilà second au championnat malgré le résultat blanc de l’Argentine. Deuxième au général certes, mais sans jamais pouvoir envisager un succès à la régulière lors d’un Grand Prix…  

A Assen, la réalisation aurait pu être entrevue, mais elle n’est pas venue. Ce week-end, au Sachsenring, elle relève de l’improbable puisque le tracé allemand ne connaît qu’un seul maître depuis 2013 en MotoGP : Marc Márquez. Reste que c’est la dernière étape avant la trêve estivale et il est bien connu que pour passer de bonnes vacances, il faut être habité par le serein sentiment du travail bien fait.

Une règle qui s’applique aussi au Doctor : « le tracé va assez bien à notre moto et il y sera important de trouver les bons réglages d’entrée. Il faudra être dans le coup dès la première séance d’essais si l’on veut envisager un podium en course tel que nous l’avons vécu à Assen qui était le dernier rendez-vous. Je suis impatient de retourner dans la mêlée après ce que l’on a vécu aux Pays-Bas ».

« Je suis confiant car lors de la course passée, j’étais bien sur la moto et mon équipe avait fait du bon travail. Après ce meeting, ce sera la trêve estivale et on fera tout pour finir cette première partie de la saison sur une bonne note ».