Cette conférence de presse post-qualification réunissait aujourd’hui Johann Zarco, Marc Márquez, Danilo Petrucci, Alex Marquez et Niccolo Antonelli. 

Comme à notre habitude, nous reportons ici notre traduction de l’intégralité des propos de Marc Marquez, sans déformation journalistique.


Depuis le début du week-end, votre nom n’a pas forcément toujours figuré en tête du classement, mais vous avez fait un excellent tour lors de la qualification. Êtes-vous surpris que tous les trois ayez pu faire cela malgré les mauvaises conditions et le vent ?

Marc Márquez : « oui, bien sûr, je suis très heureux d’être en première ligne car, mon objectif principal était d’être en 2e ligne, pas forcément très loin. Mais quoi qu’il en soit, nous savions que si chaque chose était à sa place correcte, je pouvais normalement être très fort sur un tour. Et oui, quand vous voyez que c’est la qualification, vous essayez toujours de prendre quelque chose en vous, et cela a été comme ça.
Honnêtement, Zarco mérite la pole position. Il a attaqué devant et a été plus rapide que tout le monde. Mais oui, j’ai été en mesure de faire un très bon tour, et le rythme n’est également pas mauvais. Mais le plus important reste demain et je pense que le gars le plus rapide n’est pas ici. C’est Andrea et il a un très bon rythme. C’est le favori pour la course. »

Potentiellement, il y a environ 10 pilotes pour le podium…

« Il est impossible de dire qui y sera. La course est très très longue, mais si vous analysez les rythmes de la FP4, tout le monde a le même rythme. Tout le monde est en 1’55.5, ou 6, ou 7. Peut-être que Danilo et Andrea sont un tout petit peu plus rapides, mais concernant la course, je suis content car nous avons beaucoup travaillé pour essayer de comprendre les pneus. En FP4 nous avions aussi un arrière médium pour bien comprendre, et il semble que tout soit clair pour nous concernant demain. La clé sera d’être là durant le premier tour, puis nous verrons pour le reste de la course. »

Comment expliquez-vous que vous êtes trois avoir battu le record du circuit le même jour ?

« Je suis d’accord avec Johann (voir ici). »

Vous avez été derrière Alex Rins et la Suzuki durant la qualification. Pensez-vous qu’il vous a tiré et pensez-vous que la Suzuki peut être dangereuse pour la course ?

« Oui, durant un tour, j’ai été derrière Rins, un peu loin, et je m’attendais à ce qu’il n’y ait pas assez d’espace pour pouvoir faire tout le tour car il y avait d’autres gars devant. Puis, oui, au virage #6, je l’avais déjà rattrapé et j’ai essayé de le doubler, mais c’est assez difficile durant la qualification car tout le monde freine très tard. Cela m’a dérangé. Donc peut-être que j’aurais pu gagner quelque chose, mais honnêtement cela m’a plus avantagé que dérangé car il était en face de moi comme une référence. J’ai donc été content de mon tour.
Quant à la Suzuki, oui, je pense qu’elle peut être là en course. Je l’ai suivi (Rins) et bien sûr il a fait quelques erreurs durant ce tour, mais je l’ai déjà dit hier et jeudi à la conférence de presse, Suzuki est prêt à monter sur le podium, en particulier sur ce circuit. »

Comment avez-vous géré le vent, particulièrement dans la ligne droite ?

« Hier, le vent venait de la direction opposée et, au début, vous aviez besoin de comprendre quel point était plus difficile et quel point était meilleur. Peut-être que le point le plus dangereux est les wheelies, car normalement en MotoGP, vous faites de longs wheelies, et là le vent vous pousse (latéralement) et vous pouvez perdre l’avant. Mais concernant le vent, honnêtement, je me suis parfois fait beaucoup plus peur en Australie qu’aujourd’hui. »

Hier, Johann a dit qu’il était en contact avec le team Repsol Honda. Avez-vous une idée de qui sera votre coéquipier l’année prochaine ?

« (Rires) non ! Bien sûr, c’est la décision de Honda, mais je sais que cela dépend du HRC, et je veux le plus fort des coéquipiers qu’ils voient. Car je pense que c’est bien que d’avoir un pilote très compétitif et d’un haut niveau dans le même garage, car pour améliorer la moto, pour l’équipe, pour l’ambiance, c’est mieux. Dani est rapide, il est très rapide, et il sera très rapide durant cette saison, mais Johann est impressionnant, donc je ne sais pas. Pour moi ce sera OK. J’ai déjà signé donc je suis heureux (rires). »

Êtes-vous satisfait du nouveau programme horaire ?

« Pour moi, c’est plutôt bon. Je pense c’est mieux cette année, en particulier car, c’est vrai que nous avons seulement deux vraies séances, la FP2 et la FP4, mais d’un autre côté nous avons déjà fait des tests ici il y a 2 semaines. Donc tout le monde connaît plus ou moins les réglages, tout le monde connaît les pneus, et nous avons gagné en sécurité. Peut-être que l’on a perdu deux séances mais heureusement nous avons eu un test ici il y a 2 semaines et ce n’est pas si important. Nous savons que c’est une course particulière, et je préfère que ce soit comme ça car on a gagné en sécurité, en particulier pour l’heure de la course. »

Durant la FP3, on a pu voir à l’écran que votre team vous envoyait un message indiquant que vous étiez suivi par le numéro 73. L’avez-vous vu et cela a-t-il une signification spéciale ?

« (Rires) vous savez, mon équipe fait toujours des blagues (rires). Ils ont déjà blagué pendant tout le week-end. Sur ce circuit, mon frère est très bon alors que normalement, j’y souffre, et ils me disent toujours que peut-être que mon frère pourrait m’apprendre quelque chose à propos du circuit du Qatar. Puis ils ont dit qu’ils allaient tester les messages au tableau de bord, puis j’ai vu le « Le 73 te suit ». C’était une bonne blague et j’avais un grand sourire sous le casque. Heureusement que je rentrais au box car j’ai un peu perdu ma concentration. »

Crédit photo : MotoGP.com