Lors des tests hivernaux qui précédèrent le Grand Prix du Qatar, Aleix Espargaro ne parvint qu’à se classer en quinzième position, à 1.203 de Johann Zarco. Le nouveau moteur de la RS-GP 2018 n’était pas encore opérationnel, et de meilleures performances étaient envisagées pour le GP de Losail.

La première journée du vendredi ne fut pas excellente avec la douzième place du classement confondu, mais par contre l’écart avait diminué puisqu’il n’était plus que de 0.875. Il fallut donc à Aleix en passer par la Q1, et il y a réalisé un bon résultat en obtenant la troisième place sur quatorze pilotes présents, mais malheureusement pour lui, seuls les deux premiers Jack Miller et Maverick Vinales parvenaient à se qualifier pour la Q2.

Parti en treizième position, Aleix luttait contre Franco Morbidelli et Tito Rabat, puis se faisait passer par Jack Miller. Onzième à l’avant dernier-tour, il ne pouvait finalement franchir la ligne d’arrivée qu’à la dix-neuvième place, à 34 secondes du vainqueur Andrea Dovizioso.

Selon Aleix Espargaro « J’ai très bien commencé la course, mais déjà au troisième tour les problèmes ont commencé. J’ai débuté la course avec une cartographie très pauvre afin que nous puissions effectuer les 22 tours avec les 22 litres de carburant.

« C’est pourquoi la moto n’était pas aussi rapide que le samedi. Mon objectif était d’être intelligent dans les premiers tours, de ne pas me précipiter et ensuite d’attaquer avant l’arrivée.

« Je pensais que dans les derniers tours, je pouvais passer à la cartographie plus riche. Mais déjà au troisième tour, l’alarme s’est déclenchée avec le signal « low fuel ». Je me suis vraiment fâché. Je suis ensuite passé au mapping # 3, ce qui a rendu la moto super lente, incroyablement lente. J’ai conduit à pleins gaz partout.

« Dommage, parce que je me sentais fantastique aujourd’hui, j’ai roulé toute la course en 1’56, j’ai roulé plus vite dans les virages que lors des qualifications. J’ai réussi à dépasser certains pilotes, puis je suis arrivé sur Miller et Iannone. J’étais plus d’une demi-seconde plus rapide qu’eux, donc j’aurais pu finir à la 9ème place. Mais dans le dernier tour, la moto a rendu l’âme pour ainsi dire, je ne pouvais plus me battre.

« J’ai vraiment fait tout mon possible pour économiser du carburant, même pendant le tour de chauffe et en sortant de la voie des stands, j’ai fait ce premier tour de reconnaissance en trois minutes, incroyablement lent. Il faut donc trouver une solution pour consommer moins de carburant, mais ce n’est pas vraiment mon boulot, je suis le pilote.

« J’aurais facilement pu me battre pour le top 5. Parce que même avec la cartographie pauvre, j’avais des chances pour la 9e place. J’avais une très faible accélération. Je sais que je suis toujours compétitif le jour de la course, surtout dans la seconde moitié de la course. »

Classement de la course :

1 4 Andrea DOVIZIOSO Ducati 42’34.654
2 93 Marc MARQUEZ Honda +0.027
3 46 Valentino ROSSI Yamaha +0.797
4 35 Cal CRUTCHLOW Honda +2.881
5 9 Danilo PETRUCCI Ducati +3.821
6 25 Maverick VIÑALES Yamaha +3.888
7 26 Dani PEDROSA Honda +4.621
8 5 Johann ZARCO Yamaha +7.112
9 29 Andrea IANNONE Suzuki +12.957
10 43 Jack MILLER Ducati +14.594
11 53 Tito RABAT Ducati +15.181
12 21 Franco MORBIDELLI Honda +16.274
13 19 Alvaro BAUTISTA Ducati +19.788
14 55 Hafizh SYAHRIN Yamaha +20.299
15 17 Karel ABRAHAM Ducati +23.287
16 12 Thomas LUTHI Honda +24.189
17 30 Takaaki NAKAGAMI Honda +24.554
18 38 Bradley SMITH KTM +31.704
19 41 Aleix ESPARGARO Aprilia +34.712
20 45 Scott REDDING Aprilia +37.641
21 10 Xavier SIMEON Ducati +46.706
Non classés
44 Pol ESPARGARO KTM 7 Tours
42 Alex RINS Suzuki 10 Tours
99 Jorge LORENZO Ducati 10 Tours

Photos © Aprilia