Après-demain, Stefan Bradl procédera à des tests de la nouvelle Honda RC213V sur le circuit de Sepang.

Dans les colonnes de Speedweek, site particulièrement proche du pilote allemand, celui-ci exprime bien évidemment son soutien à son compatriote Jonas Folger et fait le point sur son propre état de santé après sa blessure au poignet droit survenu au mois de septembre à Portimao.

Stefan Bradl : « Je suis désolé pour Jonas parce qu’il a bien roulé en 2017, il était compétitif, surtout en première moitié de saison. Mais je ne peux pas en dire beaucoup sur sa situation. Je ne sais pas quelle est la raison de ce retrait, je manque d’information, je n’en sais pas assez. Je ne peux que faire des suppositions. La pression était peut-être trop élevée. On peut peut-être dire aussi que les conditions physiques dues à ses problèmes de santé étaient un handicap majeur. Je suis très amer et très triste.
J’ai remarqué que les exigences physiques de la catégorie MotoGP sont beaucoup plus élevées que celles de la catégorie Moto2. J’ai aussi dû me battre pour ma première saison en MotoGP.

Du point de vue de la forme physique, de la pression, le travail de relations publiques augmente plusieurs fois. Les week-ends de GP dans la catégorie reine sont vraiment complètement planifiés du jeudi matin au dimanche soir. Vous pouvez à peine respirer pendant 30 minutes. La pression de l’extérieur est extrême. Si vous êtes un combattant esseulé d’un pays comme l’Allemagne, cela est toujours très difficile à cet égard, parce que tout le monde vous regarde, vous êtes la figure de proue. Je suis déjà passé par là. Jonas le sait maintenant, je crois. Il a fait un travail extraordinairement bon au Sachsenring, par exemple. Et là, la pression était probablement la plus forte, et il a résisté. Ce n’était pas facile.

Quand nous regardons le côté mental, Jonas a tout de suite eu un coéquipier solide chez Tech3-Yamaha, et il a tout de suite été comparé. Bien sûr, Johann Zarco est un dur et un sacrément bon pilote. Bien sûr, tu peux essayer de te le cacher. Tu peux essayer de ne regarder que toi-même. Mais quelque part, quand tu veux être le meilleur de l’équipe, et tu essaies vraiment. Jonas s’est bien débrouillé. J’ai bien peur que cela ait été dommageable. J’espère qu’il maîtrisera la maladie et sera en forme. Il est très difficile de prédire ce qui lui arrivera à l’avenir. Mais je lui souhaite de retrouver la joie de vivre et d’être heureux ».

Quant aux trois jours qui se profilent en Malaisie, le pilote Honda ressent un mélange d’impatience et de prudence…

« Je me sens mieux, j’ai bien progressé. Quelque chose s’est passé ces 14 derniers jours. Bien sûr, les progrès seront plus petits mais ça devrait encore s’améliorer. Mais comment je me sentirai sur une MotoGP, je ne le verrai que mercredi. Bien que je puisse faire des pompes, c’est quand même assez douloureux. Néanmoins, ça devrait aller quand je conduirai la moto. Les responsables du HRC savent que je ne serai pas encore à 100%. Mais il est grand temps que je revienne au pilotage. Je vais certainement m’amuser à nouveau avec la moto. Je suis impatient d’y être maintenant. Fondamentalement, peu de choses ont changé sur cette moto par rapport à quand j’étais au LCR en 2014. Je me suis toujours amusé avec cette moto.
Peut-être que je pourrai seulement piloter le premier et le deuxième jour ou, par exemple, le premier et le troisième jour, en fonction de l’intensité de la douleur. Nous devrons voir si je fais 30 tours par jour, ou 50 ».

Essais privés obligent, Stefan Bradl prévient qu’aucune déclaration ne sera faite à l’issue de ce test.