Cette année, en MotoGP, les cartes techniques ont été redistribuées. Une nouvelle centrale électronique à vocation unique et badgée Magneti-Marelli et des pneus Michelin sur le retour en lieu et place des Bridgestone ont donné du fil à retordre aux pilotes et aux ingénieurs. Mais Valentino Rossi assure : à cette mi-saison prononcée, les machines ont retrouvé leur niveau de l’an dernier. C’est du moins le cas chez Yamaha.

Avant que la campagne 2015 ne se termine, des tests avaient été effectués avec les nouvelles gommes du nouveau manufacturier unique de la catégorie MotoGP : Michelin. Les Auvergnats se préparaient à prendre la relève de Bridgestone sur le départ et les premiers tours de roues se sont soldées par quelques découvertes douloureuses. Les chutes n’ont pas manqué, et se familiariser avec un pneu avant différent du précédant Japonais a mis du temps : « les trois ou quatre tests accomplis nous ont donné des migraines » se souvient Valentino Rossi sur Speedweek. « Il y a eu des chutes et on n’arrivait pas à le faire monter le pneu en température ».

D’où un travail hivernal chargé durant l’intersaison chez Yamaha : « la M1 de cette année est différente de celle de l’an passé. La répartition des masses a été notamment revue. Le réservoir par exemple est situé plus à l’arrière du pilote. Puis avec le temps, les Michelin se sont améliorés, surtout en ce qui concerne le pneu avant. Aujourd’hui, nous ne sommes plus loin de ce que nous faisions avec les Bridgestone. Notre moto fonctionne avec les pneus Michelin ».

Et avec la nouvelle électronique ? « Là aussi, le changement a été profond et on craignait de revenir à de longues années en arrière. Mais en fait, plutôt que d’un grand bond en arrière, on n’a fait qu’un demi-pas. A présent, on n’est plus loin de que nous avions par le passé. Notre moto avec cette nouvelle centrale et les Michelin n’est plus loin de celle de 2015 ».

Reste que c’est une Honda menée par Marc Márquez qui est aux commandes du championnat. Il reste une seconde mi-temps au Doctor, troisième au général provisoire, pour remontrer ses 59 points de retard sur son rival Espagnol du HRC.

Tous les articles sur : Valentino Rossi