C’est un Maverick Viñales à la tête deux victoires sur trois possibles qui arrive à Jerez pour disputer en Espagne ce qui sera le 3 000ème Grand Prix d’une histoire commencée en 1949. Gagner de dimanche serait une belle occasion d’entrer dans les statistiques avec, en plus, ce qui serait le 500ème succès de Yamaha. Mais l’officiel d’Iwata n’oublie pas que, malgré son double succès, il n’est que second au championnat derrière un redoutable équipier appelé Valentino Rossi.

Alors, à la conférence de presse d’avant meeting, Maverick Viñales a joué profil bas : « j’ai pensé après le warm-up à Austin que je serais en mesure de me battre avec Marc Márquez pour la victoire, mais j’ai fait une erreur. Il faut apprendre de ça. C’était seulement ma troisième course de carrière passée aux avant-postes. Je dois emmagasiner encore de l’expérience et je dois apprendre des courses de MotoGP ».

De là, il décline son approche de l’échéance de Jerez : « j’aime ce tracé, et l’an dernier j’ai eu des soucis d’adhérence avec le pneu arrière » précise celui qui était alors sur une Suzuki. « Je sais que notre moto actuelle est forte de ce point de vue-là et je réalise que l’on progresse jour après jour. Mes tests au Mans par exemple ont été très bons. On jouera devant. On arrive sur des tracés qui sont favorables à la Yamaha et il faudra en tirer parti. Pour ça, je dois être bien plus intelligent en course. Je dois marquer le plus de points possible ».

On rappellera que Viñales a été victorieux à Jerez en 2013 du temps de la Moto3.