Le chanteur italien Francesco De Gregori, dans une belle chanson, « La valise de l’acteur », chante la vie nomade d’un artiste. Qu’y a-t-il dans la valise de Valentino Rossi ?

« L’essentiel, a répondu Vale. « Après tant d’années, j’ai atteint un bon niveau, et il y a tout ce dont j’ai besoin à l’intérieur. Il y a une tortue ninja, une marionnette cadeau de ma mère, qui est avec moi depuis avant que je participe au Championnat du Monde. Un stylo, un journal intime pour écrire sur des choses sportives, des chapeaux que j’aime… »

Les deux pilotes de la VR46 Riders Academy Francesco Bagnaia et Lorenzo Baldassarri au Qatar ont conquis les deux premières marches du podium. Les débuts dans la catégorie reine de Franco Morbidelli se sont également bien déroulés sur le circuit de Losail…

« Ça se passe très bien. Je ne suis pas surpris, mais surtout fier d’avoir créé quelque chose en quoi les jeunes croient beaucoup. Ils se sentent très impliqués dans le projet et aussi parce qu’à l’âge de 40 ans, je travaille encore dur, cela donne quelque chose de plus.

« Nous recueillons plus que ce à quoi nous nous attendions. Morbidelli a fait de grands débuts. Cette année sera compliquée car il n’a pas une moto facile. Mais il montrera qu’il est un vrai pilote et qu’il mérite une place dans une équipe officielle, ou au moins une moto pour gagner. »

En ce qui concerne le championnat, il va vous falloir battre Honda et Ducati ?

« Pour moi, les coureurs à battre sont Dovizioso et Marquez. Presque plus Dovizioso, mais je les ai mis au même niveau parce que Marquez a la capacité de toujours être fort.

« Je suis sincèrement un peu “inquiet”. Très satisfait de la première course, mais nous ne sommes pas encore à leur niveau. Il y aura des circuits où nous souffrirons de l’adhérence à l’arrière, où nous serons inférieurs et où nous devrons travailler dur.

« Mais j’espère, et je crois aussi, qu’avec la version 2018 où nous souffrirons, nous peinerons moins. La partie électronique est celle où nous souffrons. Il est nécessaire que Yamaha le comprenne et agisse. Je crois qu’ils ont compris, mais on est en retard. »

Quelle est votre relation avec Desmo Dovi ?

« Je n’ai jamais eu de problèmes avec Dovizioso, qui a toujours été très correct. Mais on se connaissait très peu, c’est vrai. C’est un pilote sérieux et, à mon avis, nous sommes aussi très semblables.

« Ce que j’ai vraiment aimé chez Dovi, c’est sa détermination et son désir de ne jamais abandonner. Avant le Mugello 2017, il avait fait je ne sais pas combien d’années en MotoGP et il avait l’air d’être un pilote qui ne pouvait pas gagner. Et c’est quelque chose qui écrase psychologiquement. Au lieu de cela, il n’a pas abandonné et, à l’âge de 31 ans, il est devenu super-fort. »

Un autre « vieux » a un an de plus, c’est Gianluigi Buffon*. Devrait-il se retirer ou continuer ?

*Gianluigi Buffon, né le 28 janvier 1978 à Carrare en Toscane, est un footballeur international italien, qui évolue au poste de gardien de but à la Juventus. Il est le joueur italien le plus capé en équipe nationale et il est considéré comme l’un des meilleurs gardiens de l’histoire du football.

« Il doit absolument continuer, estime Valentino. S’il en a envie. Je pense qu’il sait s’il peut encore être au sommet. »

Buffon a fait l’objet de vives critiques ces derniers jours parce qu’il est retourné en équipe nationale. Y a-t-il autant d’envie chez vous ?

« Oui. À mon avis, cela donne plus de goût et il est plus facile de dire que c’est fini, au lieu de reconnaître qu’il a des cou… et qu’il est toujours là. Il y a deux types de personnes : ceux qui apprécient que l’autre soit un grand. Et les envieux, qui reflètent leur petitesse sur les autres. Il est à la mode de le faire en Italie. »

Des livres dans votre valise ?

« Oui. Même si je lis peu. Le dernier est “The Winter of Frankie Machine”, de Don Winslow. L’incitatrice est tante Germana, sœur de Graziano et professeur d’italien. Dernièrement, j’ai lu des livres de Jo Nesbo, j’aime bien la série dédiée à Harry Hole ».

C’est votre 23ème saison, on atteindra 25, le temps qui s’écoule entre la naissance et l’obtention du diplôme. Que reste-t-il du jeune garçon qui a fait ses débuts en 1996 en 125 ?

« Beaucoup de choses sont restées, je ne dis pas les mêmes choses, mais similaires. Par-dessus tout, le désir de faire de la moto et le sentiment de me réaliser quand je fais une bonne course, c’est le goût que je ressens. »

Selon la Gazzetta dello Sport (version papier), pour Valentino « Courir sur la piste, seul, avec sa moto est toujours spécial, en essayant de gagner une course, le Championnat du monde.

« Ces dernières années, j’aime beaucoup aller sur les courses pour travailler avec mon équipe, donner le plus dès le jeudi pour arriver le dimanche à 14h après avoir mis en place tous les petits détails. »

Photos © Gigi Soldano et La Gazzetta dello Sport

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP