Alex Marquez le confirme : ce n’est décidément pas facile d’être un pilote Honda en MotoGP. Et peut-être encore moins cette année que les autres, au vu du nombre de chutes subies par les hommes en RC213V. Le cadet de l’illustre Marc fait partie de cette douloureuse série et il avoue que, parfois, ça lui pèse vraiment…

Pour comprendre la difficulté d’être un pilote Honda en MotoGP, il faut se pencher sur le tableau recensant le nombre de chutes subies après ces neuf Grands Prix marquant la première partie de la saison. Ainsi, c’est l’officiel de la marque, mais aussi nouvelle recrue en son sein Pol Espargaró qui mène cette douloureuse statistique avec 13 accidents, ce qui est seulement un de moins que son pire bilan en la circonstance en 2014 et en 2016. Derrière le Catalan se trouve son frère Aleix, Iker Lecuona et donc Alex Marquez avec 10 chutes. Mais Marc Marquez, qui a pourtant manqué les deux premiers rendez-vous de la saison, complète le Top 5 avec neuf cabrioles, la dernière étant son violent « highside » au Grand Prix des Pays-Bas à l’issue duquel il a pointé du doigt un dysfonctionnement électronique de sa Honda.

Alex Márquez ne connaît donc pas une saison facile au guidon de sa RC213V à présent aux couleurs du team LCR. Deux zéros au Qatar ont été le début d’une année qui n’offre pas beaucoup de motifs de satisfaction. Et c’est en faisant face à ces moments compliqués que l’on peut mesurer la profondeur de sa motivation et sa force mentale. Sur motogp.com, l’équipier d’un Nakagami qui s’en sort aussi bien mieux que lui déclare : « ce n’est pas toujours agréable d’être un pilote de course professionnel. Il y a des jours où l’on a envie de faire une pause ».

Alex Marquez

Alex Marquez : “quand Marc est là, on est toujours ensemble, on se pousse”

On sent donc comme de la lassitude, mais l’Espagnol se ressaisit aussitôt pour écarter toute ambiguïté sur son implication : « je ne perds jamais la motivation. C’est vrai, il est très facile de se motiver lorsque les résultats sont corrects. Mais même si les résultats que j’obtiens sont mauvais, je ne perds jamais la motivation pour travailler sur moi-même et devenir plus fort sur la moto, faire mon entraînement physique ou monter sur le vélo. Le jour où je perdrai cette motivation, c’est le jour où je prendrai ma retraite ».

Alex Marquez signale aussi qu’il s’entraîne avec une personne qui ne manque jamais de donner l’exemple en termes d’abnégation au travail… « Si je reste à la maison, alors je dois à nouveau bouger au bout d’une heure ou d’une heure et demie. Ensuite, je sors et je fais du vélo, très facilement, mais je dois le faire. Et quand Marc est là, on est toujours ensemble, on se pousse ». Les deux frères se sont donc retrouvés pour s’aider ainsi mutuellement en privé, une dynamique qui avait été brisée après l’accident de l’octuple Champion du Monde à Jerez en juillet 2020.

Alex Marquez

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda