Si Marc Márquez a été piqué au vif à Misano par les déclarations de Valentino Rossi, on ne sait alors pas ce qui a pu le mettre dans l’état second où il a piloté ce matin. Reléguant tout le reste du plateau à plus de deux secondes, à l’exception de Maverick Viñales à 1,6 unité, le pilote Honda a véritablement fait figure d’extraterrestre sur une piste dont il détient déjà le record depuis 2015 ! Un tel écart sur le sec ne s’était pas vu depuis… 2002 !

Fait presque aussi “extra ordinaire”, le numéro 93 est le seul à n’avoir pas amélioré son chrono durant l’après-midi, et est même parti à la faute, heureusement sans gravité, avant de conclure la deuxième séance en quatrième position derrière trois Yamaha.

Évidemment le plus rapide au classement combiné, Marc Márquez fait plus que jamais figure d’épouvantail sur un des rares circuits qui tournent à gauche, son sens favori, et explique : « Après Silverstone et Misano, qui sont deux circuits plutôt difficiles pour nous, nous nous battons à nouveau sur une piste dont le tracé me correspond mieux, avec de nombreux virages à gauche. Normalement, je m’y sens à l’aise dès le début. Je me suis senti vraiment bien dès le départ, j’ai trouvé de bonnes trajectoires et les bons points de freinage. J’ai été très rapide. Je ne sais pas pourquoi le chrono était bon, mais bien sûr j’aime ça. »

Marc Márquez précise : « Aujourd’hui, nous avons très bien commencé et, en fait, nous avons assez bien fini aussi. Dans la matinée, nous avons fait notre attaque du chrono, je me sentais bien et avec la météo qu’il fera probablement demain, j’ai pensé que c’était mieux. C’était un très bon tour et, dans la dernière ligne droite, j’ai profité de l’aspiration de Miguel Oliveira. Je voulais faire un chrono en petit 1’47 et au final c’était un gros 1’46 ! Je me sentais bien, je me sentais déjà très bien dans je suis sorti pour le deuxième run, et j’ai utilisé le même setup durant l’après-midi. Dans l’après-midi, nous avons beaucoup travaillé avec des pneus usés et nous avons malheureusement subi une petite chute, mais nous en avons beaucoup appris. A part cette chute, tout s’est bien passé et je pense qu’il y a encore du temps à gagner. »

Sur les causes de la chute, le numéro 93 explique : « Bien sûr que c’est un endroit délicat. Et je savais aussi bien que l’équipe que la chance de chuter dans l’après-midi était grande, parce que j’ai essayé le pneu avant dur. Mais je voulais prendre le risque car des conditions similaires nous attendent dans la course de dimanche. Je me suis dit “plutôt aujourd’hui qu’en course”, alors je suis sorti avec le pneu avant dur. La première descente s’est très bien passée, mais dans la seconde, j’ai perdu l’avant. J’ai touché la ligne blanche et c’est parti tout seul. »

Les prévisions météorologiques pour samedi restent très incertaines avec de nombreuses prédictions de pluie tout au long de la nuit et de la journée.

Classement FP2 du Grand Prix MotoGP d’Aragón :

Classement combiné FP1/FP2 du Grand Prix MotoGP d’Aragón :

Crédit classements : MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team