Entre Jorge Lorenzo et Max Biaggi, l’amitié n’est pas feinte. Il y aura depuis ce dimanche en plus un point commun, la marque de l’empereur. Por Fuera est en effet arrivé dans le monde des Grands Prix virtuels, il a vu, en s’entraînant et réalisant la pole-position, et il a vaincu en course. Net et sans bavure ! Ravi, il raconte son expérience aux manettes, à défaut de pouvoir faire une course cette année comme invité derrière un guidon…

Le pilote d’essai de Yamaha, Jorge Lorenzo, a remporté la victoire dans le cinquième Grand Prix virtuel réunissant certaines stars du MotoGP sur un circuit de Silverstone numérique. Parti de la pole-position, il s’est fait éjecter par un Nakagami survolté avant de prendre un rythme digne de sa belle époque au marteau. Une vélocité qui lui a ouvert les portes d’une victoire appréciée au vu de l’expérience limitée affichée !

Rabat et Quartararo ont franchi la ligne d’arrivée derrière le 68 fois vainqueur en Grand Prix. Le trublion Nakagami a raté de peu le podium en finissant quatrième. La quintuple Champion du Monde était ravi : « comme disait un empereur romain : Veni, Vidi, Vici : je suis venu, j’ai vu et gagné. Je suis arrivé, j’ai signé la pole et j’ai gagné, s’exclamait-il. “Malgré tout je dois dire que Fabio était bien plus rapide que moi aujourd’hui, mais pour gagner la course, encore faut-il terminer. Ce que j’ai fait, même si je suis tombé au second virage. J’étais régulier et assez rapide. J’ai un peu fait surchauffer mon pneu arrière, donc ça n’a pas été facile de revenir sur Tito. Mais finalement je l’ai passé et j’ai gagné. Au bout du compte, c’était très amusant, je suis très content. »

“Si Fabio Quartararo n’était pas tombé…” 

L’Espagnol dit également bien avoir étudié son choix de pneus… « Ces derniers jours, j’ai testé les différentes options et j’ai finalement décidé de chausser le dur. C’était évident avec le soft avant, ça ne surchauffait pas, mais avec l’arrière médium surchauffait légèrement et ce n’était pas facile à gérer, j’étais à la limite. La gomme dure était la meilleure option pour les derniers tours et j’ai eu de la chance que Fabio tombe plusieurs fois. Sinon quoi, j’aurais eu du mal à le battre, » ajoutait-il.



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP