Après avoir terminé cinquième de la Coupe du Monde d’endurance (Superstock) avec le Junior team LMS Suzuki la saison dernière, Alexis Masbou, double vainqueur en GP Moto3 en 2014 et 2015, rejoint l’équipe Tecmas GMC pour le Bol d’Or.

Ses coéquipiers sont Camille Hedelin et David Perret. L’équipe dispose de Michelin qui fait son grand retour en endurance.

Alexis, pourquoi as-tu choisi de rejoindre l’équipe Tecmas GMC ?

« Déjà parce que je connais Michel Augizeau depuis longtemps. J’avais travaillé avec cette équipe l’année passée lors du Bol d’Or et ça s’était très bien passé ».

« Malheureusement actuellement ils n’ont pas encore la certitude de faire la totalité de la saison. Ils feront probablement les 24 Heures, mais pour le moment, c’est un “one shot” ».

« C’est vrai qu’on avait eu une collaboration très sympa ensemble, même si on n’avait pas obtenu ce qu’on espérait au niveau du résultat. Toutefois pour l’ambiance, le travail, la collaboration et les performances, c’était bien pour tout le monde.

« Donc il est vrai qu’à la fin de ma collaboration avec le Junior Team, j’ai cherché plusieurs possibilités. J’avais des opportunités pour faire la saison complète, mais avec des teams peut-être pas suffisamment performants. Donc j’ai préféré me concentrer sur le Bol d’Or avec Tecmas GMC car je pense qu’on aura de bonnes cartes pour jouer devant. C’est mieux que de parier sur une saison complète mais ensuite ne pas obtenir les résultats que j’espère ».

L’usine BMW arrive officiellement en endurance, avec le BMW World Motor Endurance Team dirigé par Werner Daemen et comprenant probablement parmi ses pilotes Markus Reiterberger. Penses-tu que ça puisse être un avantage pour toi et ton équipe, avec par exemple du meilleur matériel disponible ?

« Pour le moment, je ne sais pas avec quelle machine l’équipe officielle va faire le Bol d’Or. Nous, après réflexion et analyse, ainsi que discussion avec BMW, le team a choisi de courir avec le modèle précédent plutôt qu’avec le dernier modèle ».

« L’équipe officielle qui arrive fera peut-être le choix de la nouvelle moto. Tout ce qu’on entend au sujet de la nouvelle moto est plutôt très positif, mais pour les courses d’endurance il faut avoir fait beaucoup de kilomètres pour éprouver la moto, et c’est vrai que c’est peut-être le seul défaut qu’elle a pour l’instant, c’est pourquoi notre team a préféré partir avec le modèle précédent qui est très bien plutôt que de courir avec le nouveau ».

« Mais il est certain qu’avoir une équipe de ce calibre-là qui arrive en endurance pour développer sa moto, ça prouve l’évolution positive de l’endurance en ce moment, qui est en train de se développer avec tous les constructeurs qui arrivent de plus en plus officiellement avec de plus en plus de matériel et de bons pilotes ».

Tu vas découvrir les pneus Michelin. Ça te réjouit ou ça t’inquiète un peu ?

« Je suis plutôt impatient de découvrir les pneus Michelin. J’ai énormément roulé en Dunlop tout au long de ma carrière. J’ai eu la possibilité de tester les Pirelli lors de la course que j’avais faite avec Tecmas. Essayer les Michelin va me permettre de constater les différences entre les divers pneus, de comparer les défauts et les qualités de chacun ».

« Mais en tous les cas, je sais que Michelin travaille énormément pour son retour en endurance, donc je suis sûr qu’on aura des pneus très performants. Ils ont beaucoup travaillé sur la longévité qui est, si j’ai bien compris, un de leurs objectifs principaux. Donc je suis impatient de démarrer, surtout après les différents bruits que j’ai entendus. Je suis sûr qu’on aura de très bons pneus ».

Tes coéquipiers sont Camille Hedelin et David Perret. Les connais-tu bien et comment envisages-tu votre association ?

« Je connais bien Camille car nous avions participé l’année dernière au Bol d’Or ensemble avec Tecmas. Ça s’était super bien passé. Ensuite, c’est vrai que malheureusement pour Camille il revenait alors de blessure, donc il a fallu qu’il se remette un peu dans le rythme. Et en plus il a fini le week-end blessé à cause d’un souci mécanique sur la moto en fin de course. Il n’était pas à 100% de ses capacités l’année dernière, mais je suis sûr que cette année ce sera beaucoup mieux pour lui. Il sera nettement plus à l’aise. Il a pu faire la saison entière en endurance, donc il aura un bon rythme ».

« David Perret par contre, je ne le connais pas du tout. Je sais qu’il a toujours fait de bonnes performances en Championnat de France. Mais c’est vrai que je ne connais pas la personne, donc on va se découvrir lors des essais pré-Bol ».

Si tu as la possibilité de disputer la totalité du Championnat où il n’y a que cinq courses prévues (Bol d’Or, Sepang, Le Mans, Oschersleben et Suzuka), pour garder le rythme, vas-tu participer à un championnat ou t’entraîner individuellement ?

« Pour le moment, rien n’est prévu pour faire des championnats. Il n’est pas évident de trouver une bonne place dans les championnats nationaux. Ça aurait été un bon entraînement pour aider à garder la vitesse, mais pour le moment aucune opportunité crédible ne s’est présentée, donc je resterai sur le championnat d’endurance, en espérant participer à toutes les courses de la saison. J’aimerais surtout courir à Suzuka parce que je n’ai pas réussi à y aller ces dernières années ».



Tous les articles sur les Pilotes : Alexis Masbou