Ce samedi sur le Bugatti, il fallait être au bon endroit au bon moment avec les bons pneus pour tirer son épingle du jeu. Valentino Rossi y est pas mal arrivé mais d’autres se sont retrouvés à contre-temps et ils l’on payé cher. Être en pneus pluie alors que des slicks auraient été meilleurs pour ensuite passer en slicks alors que la pluie commandait des gommes adaptées, c’était sombrer dans la frustration. Le genre de scénario qu’un Johann Zarco déjà éprouvé voulait par-dessus tout éviter. Or, il est tombé en plein dedans…

Rappelé au stand par KTM, on l’a vu reprendre sa seconde machine sans grande précipitation, celle-là même qui était perceptible lorsqu’il a attendu pour reprendre sa RC16 en gommes pluie. Mais la piste n’était plus aussi accueillante et la 14è place était au bout du chemin. De retour au box, le Français était agacé. Une nouvelle crise ? Que nenni. Les leçons ont porté…

Le compatriote d’un Quartararo dixième commente ainsi : « c’est ma meilleure qualification avec la KTM. C’est dommage cependant car je pense qu’en gardant les pluies, je serais passé en Q2 et joué la pole position ». Carrément ! Mais il a ses arguments : « il y avait des conditions difficiles et mon expérience du Moto2 et du MotoGP dans ces conditions me font dire que j’aurais pu être rapide ».

« Lors du premier pneu Q1, je n’ai pas tout fait pour le mieux, mais j’étais plutôt compétitif. Avec un autre pneu, il aurait été possible de passer en Q2 et avec les chronos qu’ils ont réalisé ensuite, j’aurais été compétitif pour la pole position. N’oubliez pas que la cible est d’être au sommet et que lorsque nous avons un jour où quelque chose est possible, vous devez avoir confiance en vous et vous souvenir de cette cible. Bien sûr, si j’avais pu prendre quelque chose comme la sixième place, ça aurait été très bien, mais nous voulons être au sommet. Aujourd’hui, après cinq mois de problèmes et d’épreuves, il était possible de renverser la situation. Cela aurait été fantastique, mais pas encore, donc nous allons rester concentrés ».

L’équipier de Pol Espargaró douzième ajoute sur crash.net : « après avoir raté la Q2, j’étais en feu à l’intérieur. Mais c’est positif pour dimanche, je pense que dans des conditions mixtes, nous avons la chance de faire une bonne course. C’est aussi la première fois depuis que je suis sur KTM que je peux ressentir quelques points forts sur la moto, ce qui me donne le sourire et la motivation nécessaire pour sentir que nous travaillons bien. Vendredi, je disais que cela importait peu pour moi que ce soit sec ou mouillé car le travail est le même. Maintenant, je préférerais avoir des conditions mouillées car la KTM a quelques points forts que je souhaiterais exploiter pour la course au cas où il pleuvrait ».

Grand Prix de France Le Mans MotoGP J2 : chronos

1 93 Marc MÁRQUEZ Honda 1’40.952
2 9 Danilo PETRUCCI Ducati 1’41.312 0.360 0.360
3 43 Jack MILLER Ducati 1’41.366 0.414 0.054
4 4 Andrea DOVIZIOSO Ducati 1’41.552 0.600 0.186
5 46 Valentino ROSSI Yamaha 1’41.655 0.703 0.103
6 21 Franco MORBIDELLI Yamaha 1’41.681 0.729 0.026
7 30 Takaaki NAKAGAMI Honda 1’42.059 1.107 0.378
8 99 Jorge LORENZO Honda 1’42.067 1.115 0.008
9 41 Aleix ESPARGARÓ Aprilia 1’42.450 1.498 0.383
10 20 Fabio QUARTARARO Yamaha 1’42.509 1.557 0.059
11 12 Maverick VIÑALES Yamaha 1’42.555 1.603 0.046
44 Pol ESPARGARÓ KTM
Q1 Results:
Q2 46 Valentino ROSSI Yamaha 1’37.667
Q2 21 Franco MORBIDELLI Yamaha 1’39.262 1.595 1.595
13 63 Francesco BAGNAIA Ducati 1’39.982 2.315 0.720
14 5 Johann ZARCO KTM 1’40.029 2.362 0.047
15 35 Cal CRUTCHLOW Honda 1’40.114 2.447 0.085
16 88 Miguel OLIVEIRA KTM 1’40.385 2.718 0.271
17 17 Karel ABRAHAM Ducati 1’40.482 2.815 0.097
18 36 Joan MIR Suzuki 1’40.606 2.939 0.124
19 42 Álex RINS Suzuki 1’40.706 3.039 0.100
20 53 Tito RABAT Ducati 1’41.351 3.684 0.645
21 55 Hafizh SYAHRIN KTM 1’41.717 4.050 0.366
22 29 Andrea IANNONE Aprilia 1’41.786 4.119 0.069

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP