Cal Crutchlow a terminé à l’agonie et à la huitième place, derrière son équipier Nakagami, un Grand Prix d’Italie où il a été contraint de faire de la figuration. L’Anglais connait des soucis de pneus en fin de parcours et cette étape au Mugello lui a fait vivre pour la troisième fois d’affilée le même scénario : Une bonne entame, puis on rentre dans le rang. Du coup, le pilote LCR Honda est bougon…

Lors des premiers tours du Grand Prix d’Italie, Crutchlow semblait être en mesure de carrément prendre la tête des opérations. Mais quand Danilo Petrucci, Marc Márquez, Andrea Dovizioso et Álex Rins, ont ensuite accéléré le rythme, il n’a pas pu suivre.

« C’est la troisième course consécutive durant laquelle je suis contraint de quitter le groupe de tête » commente l’Anglais. « Je ne me sentais pas bien sur la moto et je ne pouvais pas utiliser le pneu avant comme je l’aurais souhaité. Lorsque je pilotais dans le groupe, la pression de l’air dans le pneu avant augmentait, alors j’ai décidé de suivre mon rythme et de rester en arrière pendant une seconde. Après 14 tours, mon pneu arrière s’est dégradé, après quoi, je pouvais à peine prendre de l’angle dans les virages et je pouvais à peine diriger la moto. Un morceau de caoutchouc du pneu arrière est même parti ».

« Mais cela ne doit pas être une excuse pour la mauvaise performance, cela est également dû au mauvais comportement de la direction et au manque de sensations sur le pneu avant. C’est pourquoi je ne peux pas freiner tant que je veux. Le changement de direction est difficile, la moto est extrêmement épuisante physiquement. Il y avait un manque d’adhérence à l’arrière, l’équipe, Honda et Michelin le savent et réfléchissent pour en déterminer la cause » peste Crutchlow.

Crutchlow a très bien commencé la saison au Qatar avec la 3e place. Depuis lors, aucun autre pilote Honda que le leader du championnat Marquez n’a remporté le podium.  « Je ne peux pas simplement copier Marc » poursuit Crutchlow. « Il a son style et fait de la moto mieux que moi, tout simplement. Il me manque les sensations pour faire mieux. Si tout le monde courait de la même manière, nous franchirions la ligne d’arrivée à chaque course dans les 0,000 secondes. Je fais de mon mieux, cette fois pour la 8ème place à cause de choses qui ne sont pas entre mes mains. De toute façon, je n’aurais pas gagné la course, mais j’aurais pu faire beaucoup mieux. Mais je ne rentre certainement pas chez moi d’ici avec un sourire aux lèvres ».

Grand Prix d’Italie Mugello MotoGP J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda